La guerre des clans, Cycle I, Livre II : A feu et à sang – Erin Hunter

Version_française_1_À_feu_et_à_sang
Auteur : Erin Hunter
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse , Fantastique
Année de sortie : 2007

Synopsis 

Au sein du Clan du Tonnerre, Coeur de Feu est devenu un valeureux guerrier.

Une chance ! Il aura besoin de toutes ses forces pour déjouer les plans diaboliques de Griffe de Tigre qui cherche à lui nuire et à l’exclure de son clan. Sans parler des accidents et maladies qui s’abattent depuis quelque temps sur sa tribu.

Lorsque le clan voisin, celui du Vent, est chassé de ses terres, sa méfiance grandit encore.

Déchiré, Coeur de Feu s’interroge : comment aider les autres quand on doit se défendre soi-même ?

Mon avis :

Quelques mois ont passé depuis la lecture du premier tome. Je m’attendais à être totalement perdu. En effet, je me demandais comment j’allais être capable de me souvenir à qui correspond chaque nom de chat évoqué.

Très rapidement, mes craintes se sont montrées infondées. Erin Hunter parvient à nous replonger immédiatement dans l’intrigue là elle s’était arrêtée dans le premier volet. On retrouve une auteure qui prend soin d’écrire ce roman comme s’il s’agissait d’un tome 1, afin de permettre à tous de prendre le train en marche.

Contrairement au premier tome, je trouve que l’action n’est pas très présente. Cette dernière commence véritablement à la 325ème page. Sur un total de 358 pages, il est impossible de nier le fait que les détails sont légions. MAIS, le lecteur a la certitude que tous les détails distillés dans ce roman auront leur importance dans les romans qui suivront. Et c’est là que se trouve tout le génie d’Erin Hunter, qui arrive à rendre captif ses lecteurs. Ces derniers sont « obligés » de lire la suite des aventures de la Guerre des Clans.

Lors de ma précédente chronique, je mettais en avant un seul point négatif : l’overdose de chats. C’est malheureusement toujours le cas. Il s’agit d’une saga qui doit être lue selon le rythme de sortie des différents romans. Si vous décidez d’entamer cette dernière, plus de 10 ans après la sortie du premier tome, assurez vous de ne pas les enchainer trop rapidement.

Il est également très difficile de s’identifier à l’un ou l’autre personnage. Je ne suis, en effet, pas parvenu à m’enlever de la tête qu’il s’agit de chats. L’auteur(s) ne cesse de nous le rappeler, encore, encore, et encore, … ce qui rend, par moments, la lecture assez pénible.

Bref, une lecture assez mitigée. Si l’on doit juger ce tome II indépendamment de la saga, la note serait légèrement inférieure à 10. Toutefois, ce roman doit être considéré comme le prolongement du premier volet, mais surtout comme étant les fondations de ce qui suivra ensuite.

 

Les points positifs

  • Une histoire addictive.
  • Un roman (une saga) qui convient principalement aux jeunes lecteurs (un peu moins pour les adultes, contrairement au premier tome).
  • Une belle promesse pour la suite des aventures. L’auteur(s) nous a préparé le terrain et l’on a hâte d’y retourner.
Les points négatifs

 

  • Trop de chats. Erin Hunter doit penser que le lecteur l’oublie toutes les 3 pages.
  • Peu d’actions, beaucoup trop de détails (superflus pour l’instant).

 

Ma note pour cette lecture : 13/20

Bref, une lecture assez mitigée. Si l’on doit juger ce tome II indépendamment de la saga, la note serait légèrement inférieure à 10. Toutefois, ce roman doit être considéré comme le prolongement du premier volet, mais surtout comme étant les fondations de ce qui suivra ensuite.

Publicités

Autre-Monde, tome 7 : Genèse -Maxime Chattam

couv34213362
Auteur : Maxime Chattam
Éditions : Albin Michel
Genre : Jeunesse/Jeune adulte/Adulte, Fantastique
Année de sortie : 2016

Synopsis 

Traqués par l’empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s’emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu’il ne soit détruit.

Mais le monde souterrain qu’ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d’incroyables révélations.

La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires.

L’ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s’achève et livre enfin tous ses secrets.

Un principe de base

Suite à la parution de mon précédent article (Autre-Monde, tome 6 : Neverland – Maxime Chattam), une petite dizaine de personnes sont venues sur mon blog afin d’écrire un commentaire. Je dois vous avouer que je m’attendais à recevoir quelques critiques sur le contenu de ma chronique (assez cinglante), mais moins à des critiques personnelles. Je convie donc à ces lecteurs le soin de revoir leur point de vue sur la liberté d’expression.

Hé bien non !!! Un roman que vous avez aimé peut très bien ne pas l’être par une tierce personne. C’est que l’on peut appeler la divergence d’opinion. Mais là n’est pas le problème. Si vous décidez de remettre en cause l’écrit d’un ou une autre que vous, assurez vous d’orienter votre désaccord sur le contenu même du texte.

Comment savoir que vous allez trop loin ? A partir du moment où vous portez un jugement sur l’auteur d’un article, vous critiquez l’essence même de ce dernier (ou cette dernière) et vous dépassez la limite de la liberté d’opinion.

Exemple cohérent : « Je trouve ce roman médiocre à cause de ses trop nombreux détails. » –> « Je ne suis pas d’accord avec ton point de vue, pour les raisons suivantes … »

Exemple incohérent : « Je trouve ce roman médiocre à cause de ses trop nombreux détails. » –> « Je le trouve marrant ce blogueur, il ose dire que Maxime Chattam, c’est de la merde ; Il parle en mal d’un roman pour que l’on parle de lui, c’est un misogyne, … » (Coucou Tatiana, d’Idées à lire). Ce chapitre a été rajouté suite aux nombreuses critiques de cette dernière sur Twitter. Moi qui ne critique jamais l’individu ne pouvait passer à côté d’un tel comportement inadapté et inacceptable. A bon entendeur. 

N’oubliez jamais : La liberté s’arrête là où commence celle de l’autre.

Mon avis :

Enfin ! Il s’agit du dernier tome d’une saga extraordinaire. L’intrigue posée dans le premier tome était tellement forte qu’elle m’a permise d’apprécier globalement les sept tomes (malgré les trois derniers qui sont écrits avec cette volonté de faire de l’argent, contrairement au premier cycle).

Commençons par les points positifs (les détracteurs seront contents) :

  • L’intrigue principale de la saga nous porte de la première à la dernier ligne de ce dernier tome, que l’on apprécie au non le contenu, il est impossible pour le lecteur de reposer le livre.
  • Le chapitrage est parfait ! A chaque fois, sans la moindre exception, Chattam nous oblige à continuer la lecture, impatient de connaitre la suite.
  • La première partie du roman est à l’image des 3 premiers tomes de la saga. En effet, Maxime Chattam sort de son schéma : 1) Evénement inattendu 2) L’un des héros va mourir (du moins selon lui) 3) Nouvel élément inattendu, notre héros est sauvé !!!
  • Ce roman est relativement « nunuche » et « à l’eau de rose ». La romance entre Ambre et Rose sonne fausse, sans le moindre amour. On ressent ici une volonté de l’auteur de satisfaire aux sentiments de ces jeunes lecteurs et lectrices qui ont grandi avec Autre-Monde (sexuellement parlant).

Malheureusement, je suis bien obligé de m’arrêter à ces quelques maigres points positifs. L’auteur, à partir du 4ème tome (et plus particulièrement le 5ème et le 6ème), a pensé davantage à son portefeuille qu’à ses nombreux lecteurs. Voici une liste non exhaustive :

  • Un rebondissement toutes les 3-4 pages (à partir de la seconde moitié du roman). On ressent une volonté de rallonger cette série, encore, encore et encore. De nombreux passages sont complètement inutiles.
  • Malgré ses rebondissements, rien n’est imprévu. On sait pertinemment que lorsque le héros concerné se dit : « Ca y est, c’est la fin, je vais mourir » nous savons tous qu’il sera encore vivant par la suite.
  • Une fin bâclée en quelques pages seulement. J’aurais pu être surpris par le dernier rebondissement de notre histoire, … mais non, …
  • Contrairement à Harry Potter, où l’auteur distille des éléments de réponse aux cours des 6 premiers romans (souvent compris après une relecture), Maxime Chattam fait tout le contraire. Tous les indices donnés aux cours des six premiers volets ne mènent à … rien.

J’éprouve beaucoup de difficultés à mettre des mots sur mon ressenti de cette lecture. L’auteur aurait très bien pu réunir les 3 derniers tomes en un seul… Ce dernier vous dira probablement : « Oui, vous avez peut-être raison, mais je souhaitais offrir aux lecteurs blablabla ». Je ne peux m’empêcher d’entendre : « Plus je publie, plus je me fais de l’argent grâce aux ventes ». Cette stratégie pécuniaire me heurte terriblement.

 

Les points positifs

  • Une saga très passionnante où, malgré les nombreuses imperfections de ce roman, le lecteur est totalement immergé dans l’histoire.
  • Des personnages très attachants que l’on retrouve avec joie.
Le point négatif

 

  • « C’est un roman que je qualifie personnellement d’un « roman à pognon » : un ouvrage qui, grâce au succès de l’auteur ou des précédents succès, est volontairement mauvais car de toute façon, il fera beaucoup de ventes et sera apprécié par les lecteurs peu critiques. »
  • Une romance digne des feux de l’amour. Maxime Chattam n’a-t-il donc jamais aimé une femme ? Comment peut-être réduire l’amour entre deux adolescents à cela ?
  • L’inattendu est prévisible. Le héros est toujours en train de mourir, pour finalement être sauvé in extremis.
  • Trop de rebondissements, où l’on sait à l’avance que cela va bien se finir pour nos trois héros.

 

Ma note pour cette lecture : 8/20

Malgré tout mon amour pour cette saga littéraire, que je ne vais pas hésiter à relire dans quelques années, ce dernier tome ne mérite pas d’obtenir la moyenne. Ce roman me semble inutile, plein de détails superflus, où les événements inattendus sont prévisibles

Autre-Monde, tome 6 : Neverland – Maxime Chattam

couv6220473
Auteur : Maxime Chattam
Éditions : Albin Michel
Genre : Jeunesse/Jeune adulte/Adulte, Fantastique
Année de sortie : 2013

Synopsis 

L’ennemi a détruit le deuxième Coeur de la Terre, séparé Matt, Ambre et Tobias.

Alors qu’Entropia et ses créatures monstrueuses poursuivent leur entreprise de destruction, Matt découvre Neverland, la forteresse secrète et mystérieuse des Fantômes, les jeunes rebelles de l’empire d’Oz.

L’Alliance des trois arrivera-t-elle à se reformer à temps pour sauver tous les enfants d’Europe ?

L’heure de révéler les ultimes secrets d’Autre-Monde approche…

Mon avis :

Que dire ? Pas grand chose après la lecture de ce sixième roman. Autant les nombreuses répétitions des précédents tomes ne prenaient pas le dessus sur l’intrigue et le talent de l’auteur, autant Neverland était long, barbant, imbuvable, illisible… au point de m’avoir écarté de la lecture ces trois dernières semaines.

Afin de partager avec vous mon mécontentement, je vous résume rapidement le roman :

  • Nous n’avançons absolument pas dans l’intrigue principale. Il est vrai que l’on comprend enfin comment tout a commencé, mais personnellement, cela n’a aucun intérêt. Les explications de la « tempête » sont très approximatifs, dénués de sens, où le message écologique des premiers romans est inexistant.
  • Un schéma identique de chapitre en chapitre. On ne retrouve aucune originalité. Autant, nous aurions pu croire à la mort de Tobias dans le 2ème tome pendant de très nombreuses pages, aucun ici, le lecteur n’aura aucun doute : L’alliance des trois survivra quoi qu’il arrive. Le pire dans ce constat ? C’est que je ne spoil rien du tout en l’affirmant !!! Après trois chapitre selon le schéma ce-dessous, on a compris qu’il s’agira d’un roman très répétitif où l’auteur cherche, par tous les moyens, à proposer 500 pages pour un roman qui en vaut 50 (et dire que c’est le plus volumineux de la série) :
    • Fin de chaque chapitre : « Tout est terminé, nous allons mourir ici, et maintenant, ADIEU.3
    • Début de chaque chapitre : « Hé bien non, nous sommes tous sauvés miraculeusement grâce à x, y ou z.
    • Rebelotte, à nouveau dans un danger de mort et sauvetage in extremis
  • Véritable sensation que l’auteur joue avec ses lecteurs. Je suis très heureux quand une saga littéraire est très longue (j’aurais aimé que Harry Potter soit décliné en 80 volumes), MAIS uniquement, quand cela ne se fait pas au détriment de ceux qui aliment le portefeuille de l’auteur. Les rebondissements sont très nombreux, les retournements de situation également, sans parler des dizaines de pages de détails inutiles.
  • Ne vous fiez pas au titre du roman, on est très loin du compte avec Neverland. Je pense que l’auteur voulait nous proposer une version européenne d’Eden. Malheureusement, c’est raté.

Ce qui m’a sauvé ? Mon crédit Audible !!! Il m’a permis d »acheter ce titre en livre Audio, me permettant de terminer ce roman à la vitesse x2 ainsi que quelques passages sautés (notamment concernant la libido grandissante de certains personnages).

Afin de tous vous rassurez (et surtout avant de me faire incendier par certains ^^), je tiens à préciser quelques faits :

  • J’ai adoré les tomes précédents, avec une note moyenne proche du 20/20
  • Je suis à la moitié du dernier tome, et nous retrouvons un sentiment de « perfection » en lisant ce dernier.
  • Je n’ai aucune rancune contre l’auteur, qui possède un grand talent d’écriture.

Le points positif

  • L’auteur ne répond à aucune de nos attentes. L’auteur nous force à lire son dernier roman.
Le point négatif

 

  • C’est un roman que je qualifie personnellement d’un « roman à pognon » : un ouvrage qui, grâce au succès de l’auteur ou des précédents succès, est volontairement mauvais car de toute façon, il fera beaucoup de ventes et sera apprécié par les lecteurs peu critiques.

 

Ma note pour cette lecture : 1/20

Un point uniquement, avec une pensée pour les arbres qui ont permis la publication de ce roman. Ils méritent ce point !

Les animaux fantastiques – J.K. Rowling

couv3697003
Auteur : J. K. Rowling
Éditions : Gallimard
Genre : Jeunesse / Adulte , Fantastique
Année de sortie : 2017

Synopsis 

J. K. Rowling, créatrice de la mythique saga Harry Potter, nous invite à découvrir une nouvelle ère du Monde des Sorciers, au côté du jeune explorateur et magizoologiste Norbert Dragonneau.

Revivez le film écrit par J. K. Rowling avec le texte original de l’auteur : l’intégrale des dialogues, mais aussi l’action, le jeu des personnages, les descriptions des décors, les mouvements de la caméra… Une aventure épique et fabuleuse, une grande histoire de magie et d’amitié.

Mon avis :

Nous voici reparti pour une nouvelle oeuvre de J.K. Rowling liée à l’univers d’Harry Potter. Pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, sachez qu’il ne s’agit pas d’un roman, mais bien su scénario du film Les animaux fantastiques sorti en 2016 sur nos écrans.

J’ai lu ce livre avant d’avoir vu le film (et oui, j’ai réussi à tenir autant de temps sans le visionner :p) et j’estime que c’était la meilleure des décisions. Dans ce livre, nous percevons toutes les actions du films, mais également tout ce qui ne se dit pas, ou ne se voit pas.

En effet, ce scénario nous permet de connaitre les pensées de tous les personnages, de connaitre leur sentiment à un moment donné, ce que le film ne permet pas. Prenez l’exemple de « la grande horloge » que l’on voit dans le film. Vous y avez prêté une grande attention quand on la voit au début du film ? Probablement pas, alors que le livre nous offre, dès le départ, de tout savoir sur ce grand cadran.

Le livre nous propose toutes les scènes du film, mises bout à bout, sans aucun lien logique entre-elle. C’est là que se trouve le point faible de cet ouvrage, surtout pour les lecteurs qui s’amusent à lire le titre de chaque scène (qui précise le lieu, l’heure, …). Après quelques pages, on oublie très naturellement ces titres de scènes en gras et nous avons presque l’impression de lire un roman.

Parlons de l’histoire en elle-même. Je la trouve longue, ennuyeuse, et surtout très en-dessous du talent mis en avant dans la saga Harry Potter. J’en viens même à me dire que tout aurait pu être écrit en à peine trois lignes. L’intrigue principale du roman n’est pas véritablement les animaux fantastiques. Ces derniers permettent de rallonger le film (et donc le livre). En effet, le point central du roman n’est autre que la conservation du secret du monde des sorciers. Sera-t-il découvert ou bien tenu secret des moldus ? (ou plutôt non-maj pour non-magique, c’est affreux à lire avec un j, non ?)

Il est très difficile de critiquer davantage cet ouvrage et plus particulièrement son contenu sans vous spoiler ce qu’il se déroule. Je vais donc me contenter de terminer cette chronique en terminant sur une touche négative. Cet ouvrage (et plus particulièrement l’histoire en elle-même) est très décevant, et j’espère que les prochains seront écrits avec davantage de respect pour les lecteurs et avec un peu moins en livres sterling en ligne de mire pour J.K. Rowling.

Les points positifs

  • Une retranscription fidèle du film.
  • Un nouveau regard par rapport au film, on découvre davantage de détails.
Les points négatifs
  • Un livre publié pour l’argent. Il n’apporte aucun intérêt supplémentaire au film (si ce n’est pour connaitre les pensées des personnages plus en détail).
  • Une histoire mal construite, où les animaux fantastiques n’ont absolument aucun rôle à jouer (à part Frank peut-être ?)

 

Ma note pour cette lecture : 4/20

J’ai terminé ce livre il y a presque une semaine. Il m’a donc fallu presque 7 jours pour digérer la note de 4/20 que j’ai osé mettre à un livre de J.K. Rowling. Une très grosse déception pour moi, surtout par l’histoire en elle-même. L’auteure a privilégié l’aspect financier qu’à l’aspect respect des lecteurs (spectateurs).

La guerre des Clans, cycle I, livre I : Retour à l’état sauvage – Erin Hunter

couv44442626
Auteur : Erin Hunter
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse , Fantastique
Année de sortie : 2005

Synopsis 

Depuis des générations, fidèles aux lois de leurs ancêtres, quatre clans de chats sauvages se partagent la forêt.

Mais le Clan du Tonnerre court un grave danger, et les sinistres guerriers de l’Ombre sont de plus en plus puissants.

En s’aventurant un jour dans les bois, Rusty, petit chat domestique, est loin de se douter qu’il deviendra bientôt le plus valeureux des guerriers…

Mon avis :

J’ai toujours apprécié les longues sagas littéraires. Quand j’ai découvert La guerre des clans il y a 3 ans, j’ai sauté immédiatement sur ce premier tome du premier cycle. J’ai entamé directement la lecture une fois rentré chez moi, un jour de 2014… Après 2 pages, j’ai abandonné en me disant : JAMAIS !!! Imaginez une liste de 30 noms de chats différents, appartenant à 4 clans différents dont tous les noms sont similaire : Nuage de gris, nuage de ceci, plume de cela, étoile bleue, …

Trois ans plus tard, en vacances dans le Sud de la France (près de Béziers si vous souhaitez me rencontrer :p), j’ai pris ce roman, avec très peu d’espoir. Finalement, après une petite dizaine de pages seulement, j’étais en totale immersion avec ce monde créé par Erin Hunter. Une petite « claque » littéraire d’un roman très implicite.

En effet, la façade de ce roman ? Une histoire de chats qui se battent pour leur territoire respectif. L’histoire est très bien écrite et donne et donnera envie à tous les jeunes lecteurs de moins de 16 ans. Toutefois, pour un lecteur plus âgé, il y trouvera également son compte. L’auteure propose des thématiques très « adultes », l’amitié, le respect, la guerre, la trêve, le débat communautaire, … autant de sujets qui intéresseront tous les adultes, du moins je le présume.

Erin Hunter possède un véritable don pour l’écriture, où il est très facile de suivre le fil conducteur de son roman, malgré les nombreux chats. Le récit est très direct où les descriptions sont très rares et uniquement utilisées pour éviter les nombreuses répétitions des noms.

En ce qui concerne l’intrigue principale du roman … Waouw, très addictive. Il est presque impossible, sauf force majeure, d’interrompre sa lecture. J’avais une grande crainte dans ce roman, la fin. Je m’imaginais déjà un roman pas abouti où il était indispensable de lire le tome 2, 3, 4 et 5 pour connaitre le fin mot de l’histoire. Ce n’est pas le cas !!! Malgré une histoire générale sur les cinq tomes, chacun possède une fin propre à un scénario inédit pour chacun des ouvrages. C’est ce que nous avons tous aimé dans Harry Potter, vous allez l’apprécier également ici.

Je suis toutefois assez perplexe pour la suite. Vais-je arriver à me « farcir » 4 autres romans sur les chats pour finir ce cycle ? Puis ensuite, les 30 autres romans qui suivent ? Pas certain du tout, même si je vais tenter le challenge, rien que pour avoir une étagère complète de ma bibliothèque avec les romans de La Guerre des Clans.

Les points positifs

  • Une histoire addictive.
  • Un roman (une saga) qui convient principalement aux jeunes lecteurs, mais où les adultes y trouveront leur compte également.
  • Une écriture très fluide où les détails sont superficiels. L’intrigue avance rapidement.
  • De nombreux thèmes abordés très actuels.
Le point négatif

 

  • Trop de chats ?

 

Ma note pour cette lecture : 17/20

 Une lecture très agréable, remplie de bonnes surprises.

Autre-Monde, tome 5 : Oz – Maxime Chattam

couv46099715
Auteur : Maxime Chattam
Éditions : Albin Michel
Genre : Jeunesse/Jeune adulte/Adulte, Fantastique
Année de sortie : 2012

Poche : 7,60 €

Broché : 20€

Numérique : 8,99€

Synopsis 

Cap sur l’Europe !

Pour tenter de vaincre Entropia, l’Alliance des Trois s’embarque pour le vieux continent. Objectif : mettre la main sur le Cœur de la Terre.

Mais c’est un pays hostile qui les attend, où les Cyniks ont asservi les enfants.

Obstacles, pièges, trahisons, les jeunes héros parviendront-ils à leurs fins ? Ou le chaos mortifère d’Entropia aura-t-il raison d’eux ?

La quête de Matt, Ambre et Tobias est loin d’être terminée….

Mon avis :

Malgré une très bonne note pour les tomes précédents, c’est le roman de la série que j’apprécie le moins, du moins avant d’avoir lu les deux derniers volumes. Mes points négatifs sont quasiment tous identiques à ce que les autres lecteurs en pensent, mais contrairement aux autres chroniques, je les cumule.

  • Un scénario trop prévisible. Pas très étonnant, nous sommes dans le même registre que dans le premier cycle. Ce qui diffère ? Nous sommes désormais en Europe.
  • Maxime Chattam écrit rapidement, trop rapidement. Les scénarios ne sont pas spécialement abouti et l’on retrouve inévitablement de nombreuses répétitions écologiques (les humains ont abusé de la terre, c’est vraiment pas bien).
  • Une écriture qui se veut de plus en plus « jeunesse ». Je peux comprendre l’auteur que la plupart des ventes se feront auprès des jeunes, mais j’ai beaucoup de mal à comprendre pourquoi le texte n’évolue pas alors que les personnages grandissent et prennent de l’âge. C’est même tout le contraire qui se produit, on assiste à une certaine régression dans le langage.
  • De nombreux passages sont inutiles, non pas qu’ils n’ont pas leur place dans l’histoire, mais parce qu’ils ont déjà été évoqués par le passé. L’exemple parfait : Matt et Ambre.
  • Ce quatrième tome n’est pas original et suit toujours le même schéma. Matt se fout dans la m****, Tobias se fout dans la m****, Matt ET Tobias se foutent dans la merde (oups je l’ai dit). Devinez qui vient les sauver systématiquement ??? Gagné, c’est Ambre…
  • Des nouveaux personnages sans la moindre importance et qui font uniquement office de présents. On retrouve de nombreux nouveaux pans (merci à l’appel aux lecteurs pour inventer des noms de pan ainsi qu’une altération correspondante), dans un objectif de satisfaire quelques lecteurs qui ont envoyé un mail à Maxime Chattam.
  • Le roman se résume aux dix premières pages et aux trente dernières pages.

 

Oui, ce roman est très bon, la lecture est très agréable et il est très difficile de décrocher. Mais cela n’enlève rien au fait qu’il s’agit d’un roman doublon, sans la moindre originalité. Si l’auteur décidait de nous pondre 80 romans sur Autre-Monde, je n’hésiterai pas une seule seconde à les lire. Cela n’empêche pas qu’il s’agit d’une lecture très inutile et sans le moindre intérêt pour l’intrigue générale de la saga.

Le points positif

  • Une intrigue générale « béton » qui captive le lecteur quoi qu’il arrive.
Les points négatifs

 

  • Le principal : un grand manque d’originalité. L’histoire du premier cycle est transposée en Europe.
  • Les autres : ci-dessus

 

Ma note pour cette lecture : 6/20

 Une lecture agréable, mais dénuée totalement d’intérêt. Le public visé est de plus en plus jeune, l’écriture commence à se dégrader.

Autre-Monde, tome 4 : Entropia – Maxime Chattam

couv69387255
Auteur : Maxime Chattam
Éditions : Albin Michel
Genre : Jeunesse/Jeune adulte/Adulte, Fantastique
Année de sortie : 2011

 

Synopsis 

La guerre est finie. Entre Pans et Cyniks, condamnés à s’entendre, l’équilibre reste fragile. Pendant ce temps, au nord d’Eden, surgi d’on ne sait où, un impénétrable et mystérieux brouillard stagne comme une muraille.

Entropia et ses pièges attendent désormais l’Alliance des trois…

Cette deuxième époque entraîne le lecteur à la découverte du véritable ennemi des Pans : Entropia, essence même de la Grande Tempête qui a ravagé la planète.

Les véritables enjeux d’Autre-Monde se dessinent peu à peu pour nos 3 héros en quête de qui s’est vraiment passé.

Mon avis :

Malgré une très bonne note, je suis relativement dessus par ce 4ème volet des aventures de Matt, Tobias et Ambre. C’est peut-être parce que les quatre premiers sont à un cheveu de la perfection ?

De ce côté là, aucun soucis à se faire, Maxime Chattam est encore parvenu à nous proposer près de 400 pages de pure immersion où il est et sera très difficile de décrocher après une petite vingtaine de pages seulement. Toutefois, les lecteurs doivent prendre conscience qu’il s’agit d’un roman de transition afin de justifier le long voyage qui s’annonce dans les prochains tomes. On y retrouve donc une intrigue qui aurait pu être bouclée en une petite centaine de pages, mais qui fut rallongée  de 300 pages par la plume de l’auteur.

Cette dernière est toujours aussi légère et propre. C’est d’ailleurs ce qui m’a permis de m’immerger totalement dans une histoire qui n’apporte aucun intérêt à la trame générale des sept romans de la saga. A travers des mots bien choisi, comment Maxime Chattam parvient-il à nous transporter dans un monde que j’ai cru bien réel lors de nombreux passages.

Les héros sont toujours aussi attachants que lors de leurs précédentes aventures. On éprouve de l’empathie pour eux et on s’y identifie très facilement.

Un changement de taille est également à noter, le buveur d’innocence … Ce dernier est un personnage emblématique de ce roman et le fait que l’auteur ne parle de lui (ou plutôt du lieu où il travaille) que dans quelques chapitres, très espacés les uns des autres. Ce qui met en oeuvre un suspense intenable… Impossible de fermer ce roman avant la fin ! 4 heures pour le boucler !!!

Je pourrais tenter de vous convaincre de lire ce roman pendant des heures et des heures mais ce sera cause perdue, pour deux raisons :

  • Si vous avez déjà lu les trois premiers tomes, aucun avis n’arrivera à vous empêcher de lire Entropia
  • Si vous n’avez pas encore lu les trois premiers tomes, je vous invite à lire ma chronique du premier tome. Arriverez-vous à résister ?  Autre-Monde, tome 1

Les points positifs

  • On retrouve le trio mythique, avec de plus en plus d’angoisse et de suspense en lisant leurs péripéties. Qui sera la cible parmi les trois ?
  • Une intrigue peu présente, mais très bien écrite.
  • Un découpage des chapitres parfait. Un suspense intenable en ce qui concerne « Le buveur d’innocence ».
  • Une fin qui fait office d’une belle promesse.
Le point négatif

 

  • Il s’agit d’un roman de transition. loin d’être indispensable.

 

Ma note pour cette lecture : 18/20

 

Ce quatrième tome est un roman de transition, loin d’être indispensable pour aborder le second cycle d’Autre-Monde. Toutefois, pourquoi se priver d’un roman exceptionnel mettant en scène nos trois héros ?