Autre-Monde, tome 7 : Genèse -Maxime Chattam

couv34213362
Auteur : Maxime Chattam
Éditions : Albin Michel
Genre : Jeunesse/Jeune adulte/Adulte, Fantastique
Année de sortie : 2016

Synopsis 

Traqués par l’empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s’emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu’il ne soit détruit.

Mais le monde souterrain qu’ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d’incroyables révélations.

La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires.

L’ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s’achève et livre enfin tous ses secrets.

Un principe de base

Suite à la parution de mon précédent article (Autre-Monde, tome 6 : Neverland – Maxime Chattam), une petite dizaine de personnes sont venues sur mon blog afin d’écrire un commentaire. Je dois vous avouer que je m’attendais à recevoir quelques critiques sur le contenu de ma chronique (assez cinglante), mais moins à des critiques personnelles. Je convie donc à ces lecteurs le soin de revoir leur point de vue sur la liberté d’expression.

Hé bien non !!! Un roman que vous avez aimé peut très bien ne pas l’être par une tierce personne. C’est que l’on peut appeler la divergence d’opinion. Mais là n’est pas le problème. Si vous décidez de remettre en cause l’écrit d’un ou une autre que vous, assurez vous d’orienter votre désaccord sur le contenu même du texte.

Comment savoir que vous allez trop loin ? A partir du moment où vous portez un jugement sur l’auteur d’un article, vous critiquez l’essence même de ce dernier (ou cette dernière) et vous dépassez la limite de la liberté d’opinion.

Exemple cohérent : « Je trouve ce roman médiocre à cause de ses trop nombreux détails. » –> « Je ne suis pas d’accord avec ton point de vue, pour les raisons suivantes … »

Exemple incohérent : « Je trouve ce roman médiocre à cause de ses trop nombreux détails. » –> « Je le trouve marrant ce blogueur, il ose dire que Maxime Chattam, c’est de la merde ; Il parle en mal d’un roman pour que l’on parle de lui, c’est un misogyne, … » (Coucou Tatiana, d’Idées à lire). Ce chapitre a été rajouté suite aux nombreuses critiques de cette dernière sur Twitter. Moi qui ne critique jamais l’individu ne pouvait passer à côté d’un tel comportement inadapté et inacceptable. A bon entendeur. 

N’oubliez jamais : La liberté s’arrête là où commence celle de l’autre.

Mon avis :

Enfin ! Il s’agit du dernier tome d’une saga extraordinaire. L’intrigue posée dans le premier tome était tellement forte qu’elle m’a permise d’apprécier globalement les sept tomes (malgré les trois derniers qui sont écrits avec cette volonté de faire de l’argent, contrairement au premier cycle).

Commençons par les points positifs (les détracteurs seront contents) :

  • L’intrigue principale de la saga nous porte de la première à la dernier ligne de ce dernier tome, que l’on apprécie au non le contenu, il est impossible pour le lecteur de reposer le livre.
  • Le chapitrage est parfait ! A chaque fois, sans la moindre exception, Chattam nous oblige à continuer la lecture, impatient de connaitre la suite.
  • La première partie du roman est à l’image des 3 premiers tomes de la saga. En effet, Maxime Chattam sort de son schéma : 1) Evénement inattendu 2) L’un des héros va mourir (du moins selon lui) 3) Nouvel élément inattendu, notre héros est sauvé !!!
  • Ce roman est relativement « nunuche » et « à l’eau de rose ». La romance entre Ambre et Rose sonne fausse, sans le moindre amour. On ressent ici une volonté de l’auteur de satisfaire aux sentiments de ces jeunes lecteurs et lectrices qui ont grandi avec Autre-Monde (sexuellement parlant).

Malheureusement, je suis bien obligé de m’arrêter à ces quelques maigres points positifs. L’auteur, à partir du 4ème tome (et plus particulièrement le 5ème et le 6ème), a pensé davantage à son portefeuille qu’à ses nombreux lecteurs. Voici une liste non exhaustive :

  • Un rebondissement toutes les 3-4 pages (à partir de la seconde moitié du roman). On ressent une volonté de rallonger cette série, encore, encore et encore. De nombreux passages sont complètement inutiles.
  • Malgré ses rebondissements, rien n’est imprévu. On sait pertinemment que lorsque le héros concerné se dit : « Ca y est, c’est la fin, je vais mourir » nous savons tous qu’il sera encore vivant par la suite.
  • Une fin bâclée en quelques pages seulement. J’aurais pu être surpris par le dernier rebondissement de notre histoire, … mais non, …
  • Contrairement à Harry Potter, où l’auteur distille des éléments de réponse aux cours des 6 premiers romans (souvent compris après une relecture), Maxime Chattam fait tout le contraire. Tous les indices donnés aux cours des six premiers volets ne mènent à … rien.

J’éprouve beaucoup de difficultés à mettre des mots sur mon ressenti de cette lecture. L’auteur aurait très bien pu réunir les 3 derniers tomes en un seul… Ce dernier vous dira probablement : « Oui, vous avez peut-être raison, mais je souhaitais offrir aux lecteurs blablabla ». Je ne peux m’empêcher d’entendre : « Plus je publie, plus je me fais de l’argent grâce aux ventes ». Cette stratégie pécuniaire me heurte terriblement.

 

Les points positifs

  • Une saga très passionnante où, malgré les nombreuses imperfections de ce roman, le lecteur est totalement immergé dans l’histoire.
  • Des personnages très attachants que l’on retrouve avec joie.
Le point négatif

 

  • « C’est un roman que je qualifie personnellement d’un « roman à pognon » : un ouvrage qui, grâce au succès de l’auteur ou des précédents succès, est volontairement mauvais car de toute façon, il fera beaucoup de ventes et sera apprécié par les lecteurs peu critiques. »
  • Une romance digne des feux de l’amour. Maxime Chattam n’a-t-il donc jamais aimé une femme ? Comment peut-être réduire l’amour entre deux adolescents à cela ?
  • L’inattendu est prévisible. Le héros est toujours en train de mourir, pour finalement être sauvé in extremis.
  • Trop de rebondissements, où l’on sait à l’avance que cela va bien se finir pour nos trois héros.

 

Ma note pour cette lecture : 8/20

Malgré tout mon amour pour cette saga littéraire, que je ne vais pas hésiter à relire dans quelques années, ce dernier tome ne mérite pas d’obtenir la moyenne. Ce roman me semble inutile, plein de détails superflus, où les événements inattendus sont prévisibles

Publicités