La ville de l’étrange – Bérengère Berte

Auteure : Bérengère Berte
Éditions : Autoédité
Genre : Jeunesse / Fantastique
Année de publication : 2018
 

Synopsis :

Zoé, douze ans, vient tout juste de déménager dans une ville au bord de la mer. Elle est impatiente de tout découvrir et de se faire de nouvelles copines. Mais voilà qu’elle entend des bruits inquiétants la nuit et qu’on la met en garde contre une fille étrange. Et si leur nouvelle maison était hantée?

 

Remerciements :

Je remercie chaleureusement Bérengère Berte d’avoir accepté de m’envoyer un exemplaire papier de son roman dans le cadre d’un partenariat via la plate-forme Simplement.Pro.

 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce petit roman, mais surtout la manière dont Bérengère Berte est parvenue à aborder une thématique compliquée, l’amitié. Alors que, même dans les best-sellers, les auteurs se contentent d’en effleurer les bases, La ville de l’étrange nous offre une vision plus complète d’une amitié sincère qui se construit progressivement sur des valeurs souvent oubliées : la confiance, l’acceptation de l’autre, la réconciliation, …

L’immersion est immédiate. La plume simple et authentique de l’auteure nous emmène auprès de cette jeune fille, Zoé, qui est très touchante autant pour ses propos que pour les actes posés. Je n’avais pas l’impression de lire un roman, mais plutôt d’être spectateur d’une intrigue que j’aurais tant aimé vivre.

Cette dernière, quoique simple, est sublimement travaillée et aboutie. Le lecteur pourrait regretter ne pas avoir quelques pages de plus sous la dent, à tort. Je trouve qu’il est important de se contenter de l’essentiel sans vouloir prolonger une intrigue par envie d’avoir un nombre de pages plus conséquent. Bérengère Berte y est parfaitement arrivée.

Quand je suis confronté à un roman aussi court, je m’attends à avoir un texte « parfait » sans aucune faute d’orthographe, de syntaxe, … Surtout quand l’ouvrage peut être lu en moins d’une heure. Je peux comprendre qu’un pavé de 600 pages laisse quelques erreurs dans un texte, mais c’est déjà plus compliqué quand il n’en compte que 72. Voici deux passages qui illustrent mes réticences :

  • Est-ce que Seph pourrait dormir ici samedi prochain ?
  • […]
  • D’accord !
  • […]
  • Vous ne ferez pas trop de bruit, d’accord ? Samedi, je me lève tôt.

Oups, le grand frère a quelques soucis avec les jours de la semaine ? 😉

Les deux enfants insistèrent pour que leur mère prenne plus la grande chambre, celle qui se trouvait au bout du couloir.

 

Les points positifs

  • Immersion totale et immédiate.
  • Récit addictif qui se lit d’une seule traite.
  • Personnages émouvants avec identification possible de problématiques actuelles.
  • Plume simple et authentique.

Le point négatif

  • Les quelques erreurs, trop flagrantes pour être oubliées dans un récit aussi court.

Ma note pour cette lecture : 16/20

 

Faisons gagner la vie !

En cette année 2020, j’ai souhaité renouveler ma volonté de soutenir le Télévie (lutte contre la leucémie et le cancer). L’année 2019 s’est soldée par un don personnel de 2000€. En ce début d'année, j’instaure un moyen qui vous permettra, sans aucune obligation, de prendre part à cette initiative en faisant un don de 0.10€.

€0,10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.