L’épouse de bois de Terri Windling

 

 

 

Présentation de l’éditeur: Maggie Black est écrivain. Elle vient d’hériter d’une maison en plein désert, dans les montages de l’Arizona. Son propriétaire, un célèbre poète avec qui Maggie correspondait, est mort dans d’étranges circonstances. La jeune femme s’installe bientôt dans la maison, mais la vie semble différente: les choses sont plus pures, les formes plus essentielles, les mystères plus profonds… La magie des collines est puissante, et Maggie pourrait bien y perdre la raison – ou la vie.

Éditeur maintes fois primé, anthologiste et essayiste reconnue, artiste peintre, Terri Windling a reçu pour son roman L’Épouse de bois le prix Mythopoeic.

 

Mon avis

C’est d’abord l’illustration de la couverture qui m’a attirée. Elle représente la «Redlead Mask Woman» (de son nom original) et n’est rien de moins que l’une des peintures du célèbre artiste féérique Brian Froud.

Froud 1

 

La première originalité de ce roman tient dans le récit ponctué des nombreux échanges épistolaires du poète Davis Cooper avec son éditeur, son meilleur ami ou encore Maggie Black. C’est à travers ces différentes missives que les mystères entourant la cause de la dépression de la compagne de Cooper et la mort de ce dernier s’éclairciront peu à peu.

Ensuite, l’auteur est parvenu à instaurer un univers de créatures féeriques ou esprits de la Nature, à la fois porteurs de vie, de désolation et de mort. Tour à tour compatissants et cruels, ces êtres proposent un pacte aux mortels qui en sont dignes. Ils leur offrent une part de leur magie mais prennent toujours quelque chose en échange. Car les Mages aiment l’art et la beauté et les humains doués d’une âme artistique sont toujours les bienvenus dans leur cercle sacré. Ainsi, un poète ou un peintre trouvera grâce à leurs yeux.

Je me suis beaucoup attachée au personnage de la fille-lapin, c’est une créature douce et naïve. Les autres change-formes sont plutôt terrifiants, non pas dans leur apparence mais plutôt dans leur conception du don et du sacrifice. Car une règle essentielle régit la Communauté des Mages: «On n’a rien sans rien». Lorsque l’on reçoit, il faut être prêt à donner en retour ce que l’on a de plus cher. Cooper et son grand amour, l’artiste Anna Navera, en ont fait les frais plusieurs années auparavant. Mon second change-forme préféré se nomme Crow, un être moqueur tournant tout en dérision. Il est très attiré par Maggie Black, ce qui est réciproque en raison du secret liant les personnages principaux, les change-formes et Davis Cooper. J’ai beaucoup aimé également l’épisode se rapportant à la statuette de l’homme-cerf. Cette dernière est la clé d’étranges événements qui auront lieu tout au long du roman.

«L’épouse de bois» est une œuvre onirique unique. On adhère ou pas à ce monde fantasmagorique. Et si le lecteur accepte d’abandonner pour un temps la Raison et le bon sens, s’ouvre à lui le chemin en spirale qui le mènera au Garçon-Hibou, à Celui-Qui-Dort, à la Noyée ou encore auprès de la Sorcière aux Épines.

Froud 2.PNG

Ce livre est l’un des plus beaux romans que j’aie jamais lu.

~Melissande~

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s