Le piège de l’innocence – Kelley York

couv35114490
Auteur : Kelley York
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse / Jeune adulte, Romance, Drame
Année de sortie : 2017

Synopsis :

Il voulait l’aider, il se retrouve accusé.

Vic Howard a toujours été transparent, ignoré de tous, même de sa propre mère. Un soir, alors qu’il s’ennuie à une fête, il remarque que Callie, une fille de son lycée, a beaucoup trop bu. Il décide de lui venir en aide.

Au matin, la police sonne chez Vic : Callie a été violée, il est le principal suspect. Du jour au lendemain, il est le centre de l’attention, tous le considèrent coupable.

Sauf Autumn, la meilleure amie de la victime, qui compte bien s’allier à Vic pour découvrir une vérité que tout le monde préfère taire.

Mon avis :

Kelley York plonge immédiatement ses lecteurs dans l’intrigue principale de ce roman. Victor, un garçon sans histoire, vient en aide à une jeune fille en détresse, complètement bourrée. Il l’a dépose dans une chambre et se retrouve violée. Quelques heures plus tard, la police débarque à son domicile, il est le principal suspect !!!

A l’exception de ce départ fracassant, l’auteur n’apporte pas grand chose à ses nombreux lecteurs. Avec un minimum de jugeote, on devine aisément la fin de cette intrigue. Il est en effet très facile de dire qui a commit le viol, dans quelles circonstances. De même qu’en lisant la quatrième de couverture, les plus perspicaces savent qu’il existera une histoire d’amour entre deux personnages, qui semble, dans un premier temps, impossible.

Toutefois, Kelley York ne s’arrête pas à cette simple enquête qui déterminera qui est le coupable. On y découvre l’histoire de Victor, son passé caché de tous depuis sa naissance. Qui est son père ? Pourquoi sa mère le croit-elle coupable avant d’avoir obtenu sa version des faits. L’auteur évoque également des sujets importants (du moins, aux USA) : le choix de sa faculté, le permis de conduire à 16 ans, la liberté des jeunes américains, …

Bref, beaucoup de sujets intéressants qui, malgré une traduction très fidèle, ne reflète pas ce qui se passe en Europe. On éprouve dès lors de nombreuses difficultés à s’identifier à l’un ou l’autre personnage et à moins d’avoir beaucoup vécu aux USA (Ce qui est mon cas), il me semblera très difficile pour le lecteur de comprendre toutes les subtilités de la langue, du pays, des traditions, …

Contrairement à Nos étoiles contraires, L’auteure utilise une écriture assez infantile, trop simpliste. Autant j’apprécie les romans qui semblent avoir été écrit d’un premier jet, on ressent une histoire terminée, mais pas aboutie. Il manque quelques petits détails, des développements mieux menés, … pour permettre au lecteur de se sentir impliqué dans le récit. Il ne doit pas être spectateur de l’histoire mais « croire » être l’un des acteurs.

Allons plus loin encore. Je ne me suis pas du tout attaché au personnage de Victor. Ce garçon, un peu naïf, simplet se retrouvé accusé d’un viol qu’il n’a pas commis. On ne ressent aucune empathie pour lui. Le lecteur SAIT qu’il n’a rien fait, et c’est bien dommage. Kelley York aurait pu laisser planer le doute, mettre le lecteur dans une situation où il doute de la culpabilité de Vic. Au contraire, l’auteure nous dit clairement : « il n’est pas l’auteur du viol ». Et comme on sait que c’est un roman qui finira « bien », il est impossible pour le lecteur de ressentir de la moindre « peur » pour notre héros.

 

 

Les points positifs

  • On rentre rapidement dans le vif du sujet.
  • Une histoire et des thèmes rarement abordés (le viol, les difficultés à l’école, …)
Les points négatifs

 

  • Dès le départ, la fin semble très évidente. Et effectivement, aucune surprise.
  • Une écriture trop simple, comme s’il s’agissant d’un brouillon.
  • Un roman très « USA ». Beaucoup de détails passeront à la trappe par les lecteurs qui ne connaissent pas les coutumes américaines.

 

Ma note pour cette lecture : 8/20
 

Une lecture décevante, où le lecteur n’est qu’un spectateur d’une histoire « terminée » avant même d’avoir commencé. La fin est beaucoup trop prévisible. Les thèmes annexes abordés ne sont pas suffisamment forts pour permettre aux lecteurs d’accrocher.

Publicités

Star – Danielle Steel

couv22072262
Auteur : Danielle Steel
Éditions : Presses de la Cité
Genre : Romance
Année de sortie : 1990

 

Synopsis :

Dans le ranch paternel, en Californie du Nord, la jeune Crystal Wyatt rêve de Hollywood et de ses stars.
Sa rencontre avec un jeune officier, Spencer Hill, la bouleverse autant que lui, mais leurs destins se séparent presque aussitôt. Crystal réalisera son rêve et parviendra au firmament où brillent les étoiles du cinéma, cependant que Spencer poursuit une grande carrière à Washington… et épouse une autre femme.

L’existence les réunira de nouveau, pour de brèves rencontres.

Mais leur permettra-t-elle de vivre cet amour irrésistible qui depuis le début les pousse l’un vers l’autre ?

Mon avis :


Cela fait quelques années déjà que je suis fervent des romans de Danielle Steel, et je dois vous avouer que j’ai eu beaucoup de mal à lire ce roman, pour la simple et bonne raison que ce roman est l’un des premiers de l’auteure et que depuis, plus de 90 autres ont été publiés.

Quelle belle surprise de constater que le talent de Danielle Steel était au rendez-vous et ce, dès ces premières publications. On retrouve les fondamentaux !!! En effet, elle nous propose de vivre une histoire d’amour idyllique mise à mal par de nombreux rebondissements.

Cette histoire d’amour sort des sentiers battus, et pourtant, je me suis immédiatement immergé dans cette dernière. Je suis parvenu, dès les premières pages, à me considérer comme un acteur de ce récit, à réussir à vivre chacune des émotions de cet amour impossible.

Danielle Steel aborde des thèmes très sensibles et y parvient avec brio, principalement grâce à sa capacité à transmettre des émotions fortes à travers quelques mots bien choisis. On y rencontre la notion de suicide, d’abandon, de décès, … Certains lecteurs auront besoin d’une boîte de mouchoirs pour accompagner cette lecture.

Toutefois, il est possible de mettre un point négatif en avant : quelques détails superflus, des passages un peu trop long. En lisant la quatrième de couverture, on se doute très bien de ce que sera le roman : une chasse à l’amour entre deux personnes qui s’aiment sans pour autant arriver à le concrétiser. Malheureusement, les trop nombreux rebondissements rendent cette histoire un peu moins réaliste que ce qu’elle aurait pu être.

Les points positifs

 

  •  De nombreux sujets sensibles sont abordés.
  • Un amour auquel nous aimerions tous découvrir.
  • De l’amour, des rebondissements et encore de l’amour.

 

Les points négatifs

 

  • Un peu trop de rebondissements qui suivent le même schéma

 

Ma note pour cette lecture : 18/20
 

Si pour vous la vie rime avec amour, n’hésitez pas une seule seconde.

Un appartement à Paris – Guillaume Musso

couv42984148
Auteur : Guillaume Musso
Éditions : XO Editions
Genre : Romance / Drame
Année de sortie : 2017

 

Synopsis :

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.

À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Mon avis :

 

Cette lecture a été effectuée en deux temps. A la sortie de ce roman, j’avais l’ambition de le terminer très rapidement. Malheureusement, suite à quelques soucis techniques, les 200 dernières pages seront lues quelques mois après la sortie de ce « nouveau Musso ».

Malgré le caractère involontaire de cette interruption, elle fut très bénéfique. J’ai toujours eu beaucoup de difficultés à me replonger dans l’histoire d’un roman lorsque l’interruption dépasse les deux semaines, et bien souvent je dois recommencer la lecture. Cela ne fut pas le cas pour Un appartement à Paris, je me rappelais des moindres détails ! Musso est probablement un descendant caché de Mary Higgins Clark, seule auteure à ce jour dont je me rappelle l’histoire de chacun de ses romans.

A travers une histoire forte, dramatique, Musso parvient à ancrer cette dernière dans l’esprit du lecteur et laissera une trace pendant de très nombreuses années. Vous couplez cela à une écriture très simple, comme un premier jet, pleine de sincérité, de joie, de tristesse, … et vous obtenez quelques heures d’immersion totale dans un récit exceptionnel.

Oui ! Je me suis totalement plongé dans cette histoire, plus particulièrement lors des 200 dernières pages, lues sans interruption. On ressent un besoin incontrôlable de tricher, d’aller voir quelques pages plus loin ce qu’il va se passer. Musso parvient à faire participer le lecteur dans l’enquête menée par Gaspard et Madeline. Au fur et à mesure des chapitres, on parvient à anticiper les révélations, à la manière d’un enquêteur amateur. Les derniers chapitres nous apportent la satisfaction d’avoir eu raison dans notre raisonnement.

Habituellement, je n’apprécie pas beaucoup qu’un lecteur puisse « deviner » la fin d’un récit. Un appartement à Paris vous fera changer d’avis très rapidement.

Les personnages sont très attachants, mais surtout, et avant tout imparfaitsL’auteur parvient à nous proposer des personnages que l’on pourrait connaitre dans la vie de tous les jours. Nous nous écartons des grands succès américains où chaque personne représente une certaine « perfection », à une exception près (parmi mes lectures) : Stephen King. Il s’agit d’une immense satisfaction pour celui qui achète le livre de pouvoir découvrir un roman authentique.

Je vais reprendre mes bonnes habitudes en terminant par un petit point négatif. Le format du roman. Depuis que je lis du Musso, pas une seule fois XOEditions n’est parvenu à nous proposer deux romans qui possèdent le même format ou la même tranche. Et c’est moche dans une bibliothèque.

Les points positifs

 

  • Une véritable intrigue, il ne s’agit pas uniquement d’une romance, même si on peut la sentir venir dès la lecture de la quatrième de couverture.
  • Les personnages sont authentiques. Quel plaisir de ne pas avoir à se coltiner des personnes irréprochables.
  • Ce roman est très addictif, plus particulièrement les 200 dernières pages.
  • Le lecteur est un acteur du roman. Il construit l’enquête avec les deux personnages principaux.

 

Le point négatif
  •  Manque de continuité des Editions XO pour offrir un format/mise en page identiques de roman en roman. 

 Ma note pour cette lecture : 19/20
 

La dernière des Stanfield – Marc Lévy

couv27183603
Auteur : Marc Lévy
Éditions : Editions Versilio /Editions Robert Laffont (via Danielle Melconian/Marc Lévy)
Genre : Adulte / Contemporain / Romance / « Polar »
Année de sortie : 2011
Cette lecture est un partenariat avec l’auteur Marc Lévy, par l’intermédiaire de Danielle Versilio, représentante de la maison d’éditions Versilio. Je tiens à remercier les éditions Versilio/Robert Laffont ainsi que l’écrivain de m’avoir envoyé ce roman le 18 avril, soit quelques jours avant sa sortie officielle.

 Synopsis  :

« Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.

L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.

J’avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l’été s’achevait et j’étais encore loin d’avoir fait mon deuil.

Qu’auriez-vous fait à ma place ?

Probablement la même erreur que moi. »

Préambule :

Tout d’abord, je tiens à réitérer mes remerciements de m’avoir envoyé ce roman dans le cadre d’un partenariat. Marc Lévy est une grande personne, avec laquelle j’ai déjà eu la chance de recevoir des livres dédicacés, dans le cadre d’une oeuvre caritative en Belgique, le Télévie (Lutte contre le cancer). Quel bonheur d’être contacté par l’agréable Danielle Melconian, représentante de Versilio et de pouvoir chroniquer l’oeuvre d’un grand bonhomme.

Mon avis :

Dès les premières pages de ce roman, il est certain qu’il me sera impossible de le reposer de mon plein grès. Effectivement, l’auteur parvient à nous captiver après quelques lignes seulement. L’intrigue est très rapidement mise en place et le lecteur est déjà en mesure d’émettre des hypothèses qui seront, ou non, vérifiées par la suite.

Contrairement à Guillaume Musso (que j’adore), Marc Lévy parvient à nous proposer un roman totalement inédit, comme s’il s’agissait d’un premier roman, parfaitement réussi. En effet, l’auteur parvient, à chaque fois (excepté Elle & Lui), à nous plonger dans une histoire totalement nouvelle, sans reprendre le schéma de l’une de ces précédentes oeuvres. Quel délice.

Parlons encore un peu de Marc Lévy, où plutôt de son écriture. Cette dernière est très riche, très complexe, mais tellement agréable à lire. Personne n’aura l’impression de lire un roman avec La dernière des Stanfield, mais plutôt l’impression ou même la certitude de vivre une histoire en tant réel. Les actions, les descriptions, … sont si réalistes qu’il devient ardu de déterminer la frontière entre réalité et récit.

Le roman nous propose de nous immerger dans la peau d’une jeune demoiselle qui reçoit un lettre anonyme stipulant que sa mère aurait commis un acte inavouable il y a plus de 35 ans. Si seulement M. Lévy s’était contenté de cet axe, le roman aurait été correct, mais son plus. Heureusement pour nous, il s’est permis de nous proposer non pas une, mais plusieurs intrigues différentes, imbriquées parfaitement les unes dans les autres.

Tout au long de ce récit, les rebondissements sont parfaitement dosés et bien répartis à travers plus de 400 pages. Cela permet une lecture aérée, où le lecteur trouvera toujours son compte, tout en rendant cette lecture étouffante où le « suspense » est à la limite du supportable. Nous avons envie de connaitre le dénouement de l’histoire, des histoires !!!

Si vous êtes un lecteur appréciant les polars américains, n’hésitez pas à franchir le pas avec Marc Lévy. Nous ne sommes pas entièrement dans le best-seller, mais on s’en rapproche énormément. C’est l’un des rares, voir le seul romancier, qui propose des romans se déroulant aux USA, avec un style américain. On ressent une grande culture outre atlantique authentique.

Finalement, le final de ce roman est tout simplement époustouflant, d’autant plus qu’il est totalement inattendu. Comment aurions-nous pu deviner que …. Heureusement pour vous, il vous suffira de le lire pour découvrir par vous-même le dénouement :-).

Les points positifs

  • Une histoire totalement inédite, autant au niveau de l’écriture que de l’intrigue.
  • Le lecteur s’attache rapidement aux personnages, également à leurs sentiments.
  • Un roman « à l’américaine » authentique.
  • Une lecture très prenante, où il est très difficile de mettre un terme avant la fin.
  • Un
Le point négatif

 

  • Quand on arrive à poser le roman (nuit, trône, travail, …), il faut éviter de laisser ce dernier à l’écart trop longtemps. Il faut prévoir de lire par blocs de 150-200 pages, sans quoi la lecture est trop hachée, consécutif aux nombreux changements de narrateur et d’époque.

 

Ma note pour cette lecture : 20/20
 

Un nouveau coup de coeur pour cette année 2017, pour un roman qui vaut vraiment le détour, du moins pour tous les passionnés de romans parfaitement réussis. Je suis convaincu que vous allez tous apprécier et dévorer ce chef-d’oeuvre littéraire.

Cet été scandinave – Lucie Renard

couv40705082
Auteur : Lucie Renard
Éditions : Auto-édité
Genre : Adulte / Contemporain / Romance
Année de sortie : 2017
Cette lecture est un partenariat avec l’auteure Lucie Renard. Cette dernière m’a contacté il y a quelques semaines afin que je donne mon avis sur Cet été scandinave.

 Synopsis  :

C’est le printemps. Entre fiches d’histoires géo et révisions pour le brevet des collèges, Tiffany cherche des indices pour aider Virgil a retrouver sa mère.

Elève de troisième sans histoire, Tiffany a vu sa vie bouleversée lorsque Virgil est arrivé dans la classe. Grand, ténébreux, et tellement mystérieux, Virgil fuyait un passé douloureux et un ex-beau-père violent.

Tombée sous le charme de ce garçon solitaire au passé tumultueux, Tiffany est convaincue que pour aider Virgil a retrouver sa mère et sa petite sœur disparues, il faut entreprendre un voyage en Finlande sur leurs traces.

Mais comment faire pour mener à bien une telle mission, quand on a tout juste quinze ans et une bande d’amis géniaux pour adresser ses peines et ses doutes ?

Quand les voyages forment la jeunesse, les amis et les amours font vibrer les cœurs de quinze ans qui naviguent entre joie et désespoir.

Mon avis :

Quand je me rends dans une librairie, je ne m’arrête que devant des valeurs sures, des maisons d’édition que je connais bien (Albin Michel, Le Cherche Midi, Gallimard, PKJ, …) et je suis certain de passer à côté de petits bijoux. Depuis que j’ai ouvert ce blog, j’ai de nombreuses demandes de la part d’auteurs auto-édités. Au départ, je refusais systématiquement, de peur de ne pas apprécier, de ne pas avoir assez de temps pour mes lectures du moment… Aujourd’hui, je ne pense plus être capable de m’en passer. Et c’est notamment grâce à Lucie Renard.

Cette dernière n’a pas la chance (ni le souhait ?) d’être éditée par une grande maison d’édition. Et pourtant, ce roman m’a procuré énormément de plaisir. Je suis heureux de constater que ces auteurs auto-édités sont capables d’écrire des romans de qualité.

Ce deuxième tome nous apporte toutes les réponses que nous attendions après avoir lu Mon invincible été. Toutefois, ne croyez pas qu’il est obligatoire d’avoir lu le premier tome pour suivre la trame principale. En effet, Lucie Renard est parvenue à nous proposer une suite à son premier roman, tout en nous offrant une histoire pouvant être lue indépendamment. C’est ce que l’on appelle avoir du talent. Néanmoins, si vous ne lisez pas le premier tome, vous manquez un roman d’exception.

Lucie Renard écrit avec le coeur et cela se ressent dès les premières lignes. J’ai vraiment eu l’impression de vivre l’histoire en temps réel. J’avais vraiment l’impression de voyager avec nos jeunes personnages, dans un pays que je connais beaucoup et dans lequel j’apprécie me rendre, la Finlande. Quel bonheur de pouvoir permettre à ces lecteurs de voyager dans ce pays magnifique et ce, uniquement après des mots très bien choisis.

Les personnages sont tous emblématiques et il vous sera très facile de vous identifier à l’un ou l’autre des personnages. Les émotions, que ces jeunes véhiculent, sont très proches des préoccupations actuelles dans nos écoles :  le premier amour, le sentiment d’abandon, de rejet, le questionnement, le respect de l’autorité familiale, la confiance réciproque (ou non) entre enfants et parents, … Quelques heures de lecture pleines d’émotions.

Une intrigue mise en place très rapidement. Je n’en dis pas plus pour ceux qui souhaitent lire le premier tome et n’obtenir aucun élément révélateur. L’auteure est parvenue à nous trouver des rebondissements, certes un peu attendu, mais parfaits.

J’espère que vous parvenez à ressentir mon envie de partager avec vous cette lecture. Vous allez vivre une aventure romantique contemporaine inoubliable.

Les points positifs

On ne change pas une équipe qui gagne. Les points positifs restent les mêmes que dans le premier roman, ce qui en fait une lecture pas loin de la perfection.

  • Un roman bien écrit, où les mots se lisent avec beaucoup d’envie.
  • Des thématiques très actuelles, notamment l’intégration d’un jeune dans un nouveau milieu.
  • Le lecteur vit les émotions des personnages, grâce à une écriture très fine.
  • Une intrigue dont on a envie de connaitre l’issue.
Le point négatif

 

  • Quelques petits passages prévisibles, mais cela n’enlève rien au charme de ce roman.

 

Ma note pour cette lecture : 19/20
 

Un roman qui se doit d’être connu à grande échelle. Vivement le prochain roman de Lucie Renard.

The Vanishing Girl, tome 1 – Laura Thalassa

couv20892378
Auteur : Laura Thalassa
Éditions : AmazonCrossing (via NetGalley)
Genre : Jeunesse / Jeune adulte, Fantastique, Romance
Année de sortie : 2017
Date de parution : 21 mars 2017
Cette lecture est un partenariat avec une maison d’édition AmazonCrossing par l’intermédiaire de NetGalley. Je tiens à remercier les éditeurs de proposer des titres qui ne sont pas encore parus par l’intermédiaire de NetGalley.

 Synopsis  :

« Chaque nuit, après s’être endormie, Ember Pierce disparaît. Elle peut alors se téléporter n’importe où: à l’étranger dans une ville inconnue ou dans la chambre d’un garçon qui la fait craquer.

Après dix minutes, son temps écoulé, elle retourne dans son lit. C’est un secret qu’elle a réussi à conserver pendant ces cinq dernières années. Mais, maintenant, quelqu’un d’autre est au courant.

Une semaine après son dix-huitième anniversaire, un garçon superbe, Caden Hawthorne, la kidnappe et la livre au gouvernement avant de disparaître sous ses yeux.

Ember comprend alors deux choses : elle n’est pas seule et les gens comme elle – les téléporteurs – sont utilisés comme une arme.

Expédiée dans un camp d’entraînement quasi militaire, Ember découvre qu’on lui a affecté Caden comme partenaire. Ils doivent désormais travailler main dans la main lors de missions de téléportation pour le gouvernement, toutes plus risquées les unes que les autres.

Mais Ember compte retrouver sa liberté et elle se rapproche de Caden, qui semble détenir la clef qui la fera sortir de cette prison. Si elle parvient à rester en vie ! »

Mon avis :

Cette lecture est un véritable coup de coeur.

L’intrigue principale est mise en place très rapidement. Pas de longues descriptions inutiles et de blabla pour entrer dans le vif du sujet. Notre « Ember » se retrouve piégée au centre d’une institution gouvernementale. Très rapidement, je me suis mis dans la peau d’un confident. L’écriture m’a totalement plongé dans cette histoire et j’avais la nette impression que l’héroïne s’adressait directement à moi. On éprouve immédiatement une forte empathie pour ce personnage, mais également de la peur, de l’angoisse, du soulagement, …

Parallèlement à cette quête de vérité, mais aussi de liberté (Ember ne veut pas de cette vie !), nous retrouvons :

  • Une histoire d’amour qui sort du commun où se mêle découverte, confiance, trahison ou même encore génétique.
  • Une intrigue secondaire mais tout aussi capitale sur l’avenir d’Ember par l’intermédiaire d’un personnage mystérieux.
  • De nombreux thèmes actuels dans notre société : la jalousie, le pardon, le mensonge, la confiance, la sexualité, …

Bref, un roman qui propose énormément de choses mais qui arrivent à s’imbriquer parfaitement les unes aux autres. L’auteur ne cherche pas à rallonger son texte. Au contraire, chaque passage, chaque chapitre, chaque phrase, chaque mot est d’une importance capitale dans le déroulement des événements.

Parlons maintenant de l’écriture. Malgré des thèmes difficiles à aborder (comme la génétique par exemple), Laura Thalassa nous transporte avec ses mots dans un autre monde. On se détache totalement de la réalité pendant cette lecture et toutes les choses compliquées nous paraissent si évidentes.

Si je devais trouver une chose à redire dans ce roman, ce sont les passages « érotiques ». Ils sont certes prenants, mais un peu trop nombreux à mon goût. Qu’ils s’embrassent langoureusement une fois, deux fois ou même encore 10 fois, avec tous les détails, cela est encore acceptable. Par contre, quand c’est le cas toutes les 3 pages, c’est légèrement de trop.

Le plus prometteur dans ce roman ? La fin ! L’auteur nous laisse dans une situation telle qu’il est impossible de se lancer dans la lecture du tome 2 (déjà paru en VO, et même le tome 3 pour les intéressés). Laura Thalassa est parvenue à terminer son premier tome tout en implantant la trame du prochain en nous dévoilant des indices très précieux auxquels il est improbable de s’attendre.

Les points positifs

  • De nombreux thèmes actuels sont abordés.
  • L’écriture s’adapte parfaitement aux jeunes lecteurs.
  • Un scénario hors du commun.
  • Une histoire d’amour intense, pure, unique, … comme on en rencontre rarement dans les romans
Les points négatifs

 

  • Trop d’importance apportée aux scènes « érotiques » selon moi. Je ne suis habituellement pas friand de ces passages. Mais cela ne concerne que moi.

 

Ma note pour cette lecture : 20/20
 

Un véritable coup de coeur. Je n’ai pas déposé mon Kindle une seule fois pendant cette lecture. Le suspense, les personnages attachants, l’intrigue ont été les moteurs de cette lecture.

Sous la même étoile – Kelley York

Selon moi, je connaissais de Chance tout ce qui importait vraiment.
Chance était l’étrangeté et la fantaisie incarnées.
Il était notre ami, à Ashlin et à moi, un ami à nul autre pareil.
Chance était notre été.
couv5429637
Auteur : Kelley York
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse / Jeune adulte, Romance
Année de sortie : 2016

Synopsis :

« Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-sœur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père.

Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon fantastique avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments.

Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire… »

Mon avis :

Je suis agréablement surpris de cette lecture. Quand j’ai lu la quatrième de couverture, je m’imaginais déjà la scène : un garçon et une fille qui tombent amoureux d’une seule et même personne. Je croyais que nous allions aborder ici l’homosexualité en long et en long.

Effectivement, je ne peux pas nier que le thème sera abordé tout au long de ce roman par Kelley York mais :

  • Le sujet est abordé avec tendresse et douceur. A aucun moment l’auteure ne brusque le lecteur. Elle est arrive à nous transporter dans ce « débat » encore sensible aujourd’hui, surtout chez les plus jeunes, d’une manière poétique et enchanteresse. Après cette lecture, il est évident que l’on croit en l’amour sans ce soucier des « genres ».
  • L’homosexualité est très présente dans ce roman, mais avec une grande subtilité. C’est certainement pour cela qu’il est réservé aux plus de 15 ans. Avant, l’implicite du roman passerait inaperçu.
  • L’homosexualité est l’un des thèmes abordés. On n’en parle qu’à demi-mots. Tout le roman est, en effet, accès sur bien d’autres choses : l’amitié, l’amour, la confiance, le mensonge, la peur, la trahison, la rupture, …

L’écriture est à la fois juste, simple et subtile.

Simple grâce au vocabulaire utilisé par l’auteure. Juste car elle arrive à nous transmettre des émotions fortes que nous avons tous ressentis pour d’autres personnes. Subtile, car elle aborde des sujets sensibles tout en douceur.

Les personnages sont (presque) tous parfaits :

  • Hunter se découvre une nouvelle vie grâce à l’année passée aux côtés de son père, loin de sa vie habituelle, loin de sa copine à qui il vient de dire « Je t’aime ».
  • Ashlin, un peu folle mais tellement heureuse de pouvoir partager cette année aux côtés de son père et de son demi-frère qu’elle ne voyait que 2 mois par an.
  • Chance. C’est lui mon personnage préféré de ce roman. Malgré toutes les difficultés, il arrive à prendre la vie du bon côté et ne penser qu’à une seule chose : le bonheur de ceux qui l’entourent.

Chance est celui nous aimerions tous devenir un jour. Malgré ses cachotteries, ses mensonges, son manque de sérieux, … il demeure la personne la plus aimante que l’on puisse connaitre et encore, je doute que peu de personnes connaisse un individu comme lui.

Je pourrais parler de ce roman pendant de nombreuses heures. Malheureusement, je dévoilerais, même sans le vouloir, de nombreux « spoilers ». J’aimerais tant vous parler du secret obscur de Chance… Vous allez devoir faire « l’effort » de lire ce roman.

Les points positifs

  • Kelley York nous transporte grâce à une écriture simple, juste et subtile.
  • Les personnages sont uniques. Je n’ai jamais rencontré de telles personnalités dans mes lectures.
  • Les thèmes abordés le sont dans une grande simplicité, tout en douceur.
Les points négatifs

 

  • La finalité du roman… Je sais exactement ce qu’il se passe à la fin, quelles sont les décisions prises, mais je n’arrive pas à les comprendre. Je n’arrive pas à comprendre Chance… A sa place, j’aurais agi autrement (mais dans ce cas, il n’y aurait pas eu de roman).

 

Ma note pour cette lecture : 19/20
 

Nouveau coup de coeur en ce début d’année 2017. J’enlève tout de même un point pour cette fin qui ne me correspond pas.