Sur le fil – Estelle Maskame

Auteur :  Estelle Maskame
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse – Drame – Romance
Année de sortie : 2018
 

Synopsis :

MacKenzie Rivers avait tout pour elle : des amis formidables, de bonnes notes et, cerise sur le gâteau, le beau Jaden Hunter qui craquait pour elle.

Mais tout s’est écroulé lorsqu’une tragédie a frappé la famille Hunter. Désarmée face à la souffrance de ceux qu’elle aime, MacKenzie ne voit qu’une solution : fuir. Cependant ses sentiments pour Jaden ne tardent pas à la rattraper…

Mon avis :

Ce serait mentir de dire que je n’ai pas apprécié cette lecture et que de nombreux lecteurs ont apprécié se plonger dans une histoire tragique au destin incertain. Les pages s’enchainent rapidement et l’on retrouve un certain « plaisir » à se plonger dans une histoire bien écrite.

Et pourtant, il s’agit d’un énième roman lambda, complètement sans intérêt. Pour s’en convaincre, les vingt premières pages suffissent pour connaitre le contenu précis de la suite.

L’originalité est totalement absente et personne ne serait étonné que l’on accuse l’auteure de plagiat, tellement l’histoire reprend tout ce qui fait le succès des romans jeunesse depuis quelques années :

  • L’homosexualité. L’auteure se sert clairement de cette « tendance » pour vendre son roman. Nous entendons : « Stop à l’homophobie, ce sont des gens normaux. » Et pourtant, on continue à s’en servir, à les défendre dans les romans comme si justement ce sont des personnes « différentes ». N’est-il pas possible d’arrêter d’en parler à tout bout de champ et de considérer cette sexualité comme les autres ?
  • Un tragique événement.
  • Une fin heureuse, que l’on prédit dès la lecture du résumé.

Tout est dit. Un roman banal qui se sert des codes de ces dernières années pour être vendu au plus grand nombre. Le résultat n’est autre qu’un livre ennuyeux, sans rebondissements et qui reflète un monde à l’opposé de la réalité.

 

Le point positif

  • Malgré tout, ce roman se laisse facilement lire.

Les points négatifs

  • Aucune originalité
  • Les quelques lignes du résumé suffissent, aucune utilisé à lire l’intérieur.
  • L’homosexualité est abordée comme une « anormalité ».

Ma note pour cette lecture : 6/20

 

4 commentaires

  1. Ma Lecturothèque

    Quand je lis une chronique, je commence toujours par la conclusion et ensuite je lis le reste mais là, après avoir lu « L’homosexualité est abordée comme une « anormalité ». », j’ai décidé de ne pas lire le reste. Ca, non, ça ne passe pas avec moi. (Bon, j’ai quand même fini par lire le reste de la chronique et je confirme : je passe mon tour, ce livre n’est pas pour moi!)

    Aimé par 1 personne

    1. Le Parfum des Mots

      Il faudrait que je retrouve le passage où c’est très flagrant. Un peu du genre « Il a fait son coming out, c’était très gênant on savait pas quoi lui dire » dans le genre le gars vient d’annoncer qu’il a une tumeur incurable.

      Même si ce n’est pas au centre du roman, toutes les 25-30 pages, une petite remarque sur « ce gay qui navigue à contresens sur l’autoroute ».

      Aimé par 1 personne

      1. Ma Lecturothèque

        Ah bah c’est bête parce que, dès lors que tu écris un livre, il y a des critiques, bonnes ou mauvaises, dessus. Même bien construites, les mauvaises critiques ne sont jamais agréables, mais il faut savoir les accepter pour s’améliorer par la suite. C’est vraiment regrettable.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s