Les aventures de Charlotte Holmes, tome 3 : Une affaire pour Jamie – Brittany Cavallaro

Auteur :  Brittany Cavarralo
Éditions : Pocket Jeunesse
Genre : Jeunesse / Policier
Année de sortie : 2018
 

Synopsis :

Holmes et Watson comme vous ne les avez encore jamais vus !

Un an a passé depuis la mort d’August Moriarty. Jamie Watson, qui s’est juré d’en finir avec les mystères, tente de terminer sa scolarité à Sherringford sans faire de vagues. Charlotte Holmes, toujours fidèle à elle-même, suit à la trace Lucien Moriarty.

Jamie et elle ne se sont pas revus depuis cette nuit tragique dans le Sussex, or des événements étranges vont les pousser à faire équipe une nouvelle fois.

Il est temps pour eux d’affronter leur pire ennemi, mais aussi leurs sentiments…

Mon avis :

J’avais adoré les deux premiers romans de cette saga (tome 1 – tome 2) et j’en été arrivé au point de considérer Brittany Cavallaro comme l’une des meilleurs auteures de ces dernières années. C’est dans ce contexte qu’est arrivé, dans ma boîte aux lettres, ce troisième qui promettait, selon la quatrième de couverture, d’être encore meilleur que les deux précédents chefs-d’oeuvre.

N’y allons pas par Quatre Chemins. Une affaire pour Jamie est l’un des pires romans que j’ai lu ces dix dernières années. Ce roman est sans la moindre saveur, l’intrigue est catastrophique, le contenu est à 90% du déchet et j’ose à peine aborder cette véritable calamité à lire un texte aussi mal écrit (du moins quand on compare avec ce qu’elle a écrit avant).

Résumons rapidement ce roman (au diable les spoliers). August Moriarty est tué (par « accident ») par Milo Holmes. Sa soeur, Charlotte, et Jamie (Watson) sont présents au moment des faits. Le tueur « s’échappe » tandis que nos deux héros tremblent de peur à l’idée que Lucien Moriarty est prêt à leur faire la peau (Tome 2).

Pendant 280 pages (sur environ 330), Brittany Cavallaro nous raconte ce qu’il s’est passé depuis. Tantôt Charlotte est narratrice, tantôt Jamie s’en charge. Pendant 280 pages, l’auteure nous répète à 95% ce que nous savions déjà, les 5% restants sont consacrés à cette fameuse « affaire de Jamie ». Après 4 ou 5 chapitres, on comprend rapidement que nous allons perdre notre temps à lire du contenu totalement inutile et la lecture en diagonale devient alors le seul moyen de ne pas sombrer dans une dépression profonde.

Finalement, lorsque nos deux héros se retrouvent (au même point qu’à la fin du deuxième roman), le lecteur est immédiatement immergé et vit l’histoire en même temps que les personnages avec deux souhaits : 1) connaitre le dénouement de cette affaire mystérieuse et 2) vont-ils enfin s’aimer ? comme l’annonce le synopsis : « Il est temps pour eux d’affronter leur pire ennemi, mais aussi leurs sentiments…« 

Raté !!! Pour faire court. 1) Lucien Moriarty épouse la mère de Jamie, le coince dans un tunnel, se fait finalement blesser et arrêter et tout le monde est content. 2) Charlotte et Holmes s’embrassent 2 ou 3 fois et dès que « l’enquête qui a duré 20 pages » se termine, chacun de son côté et quelques allusions (plagiées au mot près du précédent tome) sur une probable fin heureuse dans les années à venir. 5 petites lignes pour résumer intégralement un roman de 330 pages…

Brittany Cavallaro nous propose probablement le dénouement de cette série et aurait très certainement dû s’arrêter après les deux premiers tomes. En lisant Une affaire pour Jamie, on parvient facilement à comprendre que l’auteure ne savait plus quoi raconter afin de proposer une fin correcte. Cette dernière a été écrite en une vingtaine de pages, les 300 autres sont du « remplissage ». Une dernière phrase aurait pu être rajoutée dans les remerciements : « Vous êtes des pigeons. Merci pour le pognon. »

Le point positif

Les points négatifs

  • 300 pages qui remplissent un roman sans saveur.
  • Une intrigue totalement inexistante.
  • Un roman que l’on peut résumer en 5 lignes (2 en faisant un effort).
  • Une écriture ennuyeuse, bâclée.
  • Roman à pognon.

Ma note pour cette lecture : 4/20

Un roman à éviter à tout prix à moins de vouloir absolument terminer une saga entamée. Nous étions habitués à lire une aventure à la Sherlock remis au goût du jour. Finalement, il n’est pas toujours bon de vouloir revisser les classiques, surtout lorsque l’on propose un texte aussi mal écrit, sans saveur et sans aucun contenu.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s