Millénium, tome 5 : La fille qui rendait coup pour coup – David Lagercrantz

Auteur :  David Lagercrantz 
Éditions : Actes Sud
Genre : Adulte / Policier / Thriller / Psychologie
Année de sortie : 2017

Synopsis :

Suite aux infractions qu’elle a commises en sauvant le petit garçon autiste dans « Ce qui ne me tue pas », Lisbeth Salander est incarcérée dans une prison de haute sécurité pour négligence constituant un danger public.

Lorsqu’elle reçoit la visite de son ancien tuteur, Holger Palmgren, les ombres d’une enfance qui continuent à la hanter ressurgissent.

Avec l’aide de Mikael Blomkvist, elle se lance sur la piste de crimes d’honneur et d’abus d’Etat, exhumant de sombres secrets liés à la recherche génétique.

Petite mise en bouche :

Il est tout important important de préciser que Millénium est malheureusement réservé à un nombre très limité de lecteurs. Cette saga s’adresse aux personnes ayant connaissance d’un certain nombres de principes relatifs à la politique, aux médias, à l’informatique, … des lecteurs qui apprécient l’implicite, les sous-entendus, les allusions subtiles, … Bref, pour bien résumer la situation, cette saga littéraire n’est pas à lire dans son bain ni même les quelques minutes qui précèdent le sommeil et encore moins en présence de bruits, tant la concentration est importante pour saisir les nombreuses subtilités de l’auteur.

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas encore cette saga, sachez qu’elle est écrite par deux auteurs différents, le premier étant décédé peu de temps avant la parution de son troisième roman. Malgré cet événement tragique, la reprise a été un véritable succès et malgré les nombreuses réticences des « fans » après la sortie du 4ème tome (le premier de David Lagercrantz), La fille qui rendait coup pour coup vient effacer totalement les quelques doutes restants à la fin du précédent volet des aventures de Lisbeth Salander. N’hésitez donc pas à vous lancer dans ce chef d’oeuvre littéraire suédois.

Mon avis :

Dès les premières lignes du romans, le lecteur se retrouve dans une position très inconfortable. En effet, l’auteur parvient à encrer son public et l’immerger très rapidement dans ce que sera la trame de ce roman. Il est dès lors très difficile de se détacher de cette lecture. D’autant plus que les chapitres ne suivent pas le schéma classique d’une oeuvre policière.

Alors que la plupart des romanciers attribuent un chapitre à un personnage, ce n’est pas le cas de David Lagercrantz. Chaque partie fait référence à une date, les personnages se succèdent d’un paragraphe à l’autre, obligeant au lecteur à poursuivre inlassablement sa lecture pour connaitre la suite des événements. C’est un peu comme les séries télévisées, on l’on vagabonde d’un personnage à un autre en veillant à laisser en suspens les actions capitales.

Cela a déjà été précisé, mais il important de vous confier qu’il s’agit d’une lecture difficile. Voici une liste non-exhaustive des difficultés rencontrées :

  • La mise en page. Ce roman ne fait « que » 448 pages, mais sont écrites en caractère de taille réduite où les passages à la ligne sont limité à quelques points seulement.
  • Un vocabulaire très recherché, sur des domaines très précis. Ce dernier ne doit pas être compris par les lecteurs (notamment en mathématiques), mais cela peut freiner la lecture si l’on souhaite en savoir davantage.
  • Il s’agit d’une saga littéraire où il est quasiment indispensable d’avoir lu les tomes précédents, du moins le 4ème volume. Sans quoi la compréhension sera limitée.

Les personnages récurrents nous semblent tout aussi réels qu’ils puissent être. On redécouvre nos protagonistes chéris, Lisbeth et Mickaël, mais où ce dernier occupe un rôle moins marqué que précédemment. Et c’est tant mieux ! Enfin, toute la lumière est orientée autour de Salander à travers des thèmes très actuels, notamment la violence envers les femmes, la soumission, la maltraitance, …

D’autres personnages viennent prendre place tout au long de ce roman grâce à un fil rouge conducteur. Ces derniers permettent, tout en proposant au lecteur une véritable enquête policière, de mettre en avant l’histoire tragique de notre héroïne. Le lecteur apprendra énormément d’informations sur son passé, mais n’a-t-elle pas encore l’un ou l’autre secret qui permettra à David Lagercrantz de poursuivre cette saga littéraire ?

Je n’ai qu’un seul point « négatif » à mettre en avant : la couverture. Pour les lecteurs les plus attentifs, on comprendra l’utilisation de deux femmes dénudées qui représente parfaitement le roman. Toutefois, ce roman est trop subtil pour en faire une Une de qualité. La plupart des lecteurs n’y verront que deux femmes nues et pour les néophytes de la série originale, un roman érotique. D’ailleurs, cela ne m’étonnerai pas que certains hommes se laissent piéger…

Les points positifs

  • Une écriture complexe, menée par un maitre en écriture.
  • Des personnages auxquels on s’identifie parfaitement.
  • Une saga très addictive où David Lagercrantz veille à la continuité avec son prédécesseur disparu.
  • Enfin nous trouvons des réponses à nos questions sur le passé de Salander.

Le point négatif ?

  • Une couverture trop implicite, où la plupart y verront simplement deux femmes nues.

Ma note pour cette lecture : 19/20

Un chef-d’oeuvre de la littérature suédoise à mettre entre toutes les mains. Entamer la saga Millénium ne se fera pas facilement mais elle vous procurera une grande satisfaction. Comme toujours, Actes Sud nous propose des romans atypiques qui nous permettent de nous évader totalement.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s