Les grandes filles ne se font pas de bobos – Shayma Nejjari

Cette lecture a été réalisée en tant que jury des lecteurs Librinova. Je tiens, chaleureusement, à remercier les éditions Librinova de m’avoir offert l’opportunité de découvrir leurs textes au cours de l’année 2021.

Auteur : Shayma Nejjari
Éditions : Librinova
Genre : Roman psychologique / (Young Adult)
Année de publication : /
 

Synopsis :

Les mensonges ? Elle baigne dedans. 

Pas d’autres choix lorsqu’on est emprisonné dans le cercle vicieux des troubles du comportement alimentaire.

Mais elle est loin d’être seule. Ils s’y noient tous, dans ces mensonges. 

Pas d’autres choix lorsqu’on aime, lorsqu’on est dépendant, en colère, en détresse…

… lorsqu’on a peur. 

Peur de soi, peur des autres, peur de la réalité…

… peur des blessures.

Et le compte à rebours est lancé.

Capture d’écran 2021-01-08 à 21.00.06

Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je n’ai pas apprécié cette lecture.

Dès les premières pages, mon expérience de lecteur assidu a tiré la sonnette d’alarme. Tu as déjà lu ce livre semble me dire ma conscience alors que ce n’était pas le cas. L’intrigue est d’une grande banalité et à déjà été abordée par de très nombreux auteurs qui se sont tous, selon moi, cassé la figure sur un style qui n’est pas à la portée de tous.

Pour faire simple, l’auteure nous propose l’histoire d’une jeune fille dans le coma et qui ne parvient pas à se réveiller. Pendant plus de 600.000 caractères, le lecteur va revivre les deux derniers mois qui ont précédé le supposé terrible incident. On se plonge alors dans une sorte d’analyse psychologique de l’héroïne à travers ses actes, ses paroles et ses mensonges. Après de nombreuses pages interminables vient le temps de la révélation… Et là, j’ai eu cette étrange impression d’avoir perdu mon temps et me dire Tout ça pour ça ?

Le fait de proposer une intrigue « à l’envers » n’est pas un mode d’écriture qui me dérange, à la seule condition d’être parfaitement maîtrisé. Tout au long de ce livre, j’avais l’impression de retrouver le style d’autres auteurs et même des brides de certains romans. A aucun moment je n’accuse de plagiat, mais je trouve que Shayma Nejjar n’est pas parvenue à se distinguer des autres écrivains du genre. J’ai, en effet, été gêné par le manque de rythme dans son intrigue où la chronologie du temps n’était pas vraiment crédible. J’aurais même pu croire être dans la peau d’un psychiatre en train d’accompagner une jeune fille dont les troubles alimentaires et affectifs ont une incidence directe sur sa jeune vie. J’étais, tout du long, un spectateur inactif à l’écoute d’un narrateur qui monopolise la « discussion ».

Les dialogues ne sont, en effet, pas suffisamment présents et ralentissent davantage le rythme par de longues descriptions ennuyeuses et qui manquent cruellement de pertinence. Malgré le fait d’être une lecture décevante, je suis toutefois surpris par la plume de l’auteure qui est parvenue, à quelques reprises, à me procurer quelques frissons, particulièrement lorsqu’il était question des confidences les plus intimes d’un personnage. Sa plume parvient, trop peu souvent à mon goût, à donner vie à ses personnages par l’intermédiaire de leurs failles. Et ça, ce n’est pas à la portée de tous !

Ma note pour cette lecture : 7/20 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.