Dragon Ball, Perfect Edition, T.1 – Akira Toriyama

Auteur : Akira Toriyama
Éditions : Glénat
Genre : Manga / Shōnen
Année de publication : 2009 (Perfect) / 1984 (1ère édition)
 

Synopsis :

Dans un monde fantastique semblable à la Terre et peuplé de créatures plus étranges les unes que les autres, un petit garçon à la force herculéenne et doté d’une queue de singe croise un jour la route d’une jeune fille.

Celle-ci s’est lancée à la recherche de sept mystérieuses boules de cristal. Car il est dit que quiconque les réunira pourra appeler le dragon sacré et exaucer son voeu le plus cher.

En chemin, ce duo d’aventuriers peu commun se heurte à un cochon transformiste usant de ses dons pour kidnapper les jeunes filles d’un village, puis à un vagabond solitaire adepte des arts martiaux que la simple vue d’une jeune femme suffit à tétaniser sur place. Ce n’est que le début d’une grande aventure riche en péripéties, en humour et en combats extraordinaires…

Capture d’écran 2020-12-13 à 22.17.49

La première fois que j’ai découvert Dragon Ball, c’est dans le Mobil-Home de mes grands-parents sur la butte de Sainte-Maxime avec une vue spectaculaire sur la baie de Saint-Tropez (pour l’anecdote, ils ont vendu la veille d’un incendie qui a tout ravagé et depuis le domaine a été transformé en un élevage d’Autruches – qu’est-ce qu’elles étaient bonnes à manger…😳😳😳). Mon grand-père et moi n’avons « jamais » pris le petit-déjeuner sur notre terrasse, mais plutôt devant l’unique épisode de Dragon Ball qui passait sur TF1 aux alentours de 9h00. Le pire ? C’est que nos 5 semaines annuelles sur place ne suffisaient pas pour visionner l’ensemble de l’animé 🤣.

Capture d’écran 2020-12-13 à 22.04.29

C’est donc avec beaucoup de nostalgie de j’ai entamé la lecture de Dragon Ball à la demande de ma fille. Quoi de mieux pour faire découvrir cette série mythique à un enfant que cette Edition Perfect ? Outre la qualité supérieure de l’ouvrage, le grand format confère une dimension supplémentaire à une intrigue qui n’en avait même pas besoin. Je tiens également à remercier les éditions Glénat d’avoir conservé l’authenticité de l’oeuvre ainsi que les planches de la première heure.

Capture d’écran 2020-12-13 à 22.04.43

Après des années et des années à regarder l’animé, j’avais oublié à quel point l’oeuvre japonaise était aboutie. Ce premier tome m’a permis de redécouvrir des personnages emblématiques sous un oeil nouveau. Car même si j’avais encore en mémoire la perversité de certains d’entre-eux, j’ai été très surpris par le langage assez cru utilisé ainsi que les nombreuses allusions sexuelles et qui feraient pâlir beaucoup de jeunes des années 2020 (Bah oui, cela choque une jeune fille de 16 ans qui dévoile son sexe sans la moindre pudeur 😳). Akira Toriyama aurait-il pu publier Dragon Ball à notre époque ?

Capture d’écran 2020-12-13 à 22.04.59

Ce premier tome pose les bases d’un univers que nous connaissons tous. Et pourtant, dès la première page, je suis redevenu un jeune gamin de 10 ans qui découvre la série pour la toute première fois. La francisation de l’oeuvre m’est tellement restée en mémoire que j’ai été très agréablement surpris de découvrir qu’il n’y avait pas de Nuage magique ni même de Tortue géniale, mais plutôt un Kinto-Un et un Maître Kamé Sennin / Muten Roshi.

Ma note pour cette lecture : 20/20 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.