La Mélansire – Estelle Fitz

Auteur : Estelle Fitz
Éditions : Albin Michel
Genre : Fantasy (?!?!) / Jeunesse
Année de sortie : 2019
 

Synopsis :

Avery aimait Nolan, à la folie. Et puis un jour, Nolan l’a quittée et Avery ne s’en est jamais vraiment remise.

Un soir, sa meilleure amie lui porte le coup de grâce : c’est avec elle que Nolan l’a trompée et cela fait maintenant près d’un an qu’ils sont ensemble. Ravagée par la douleur, Avery se rend sur le Pont Neuf.

Elle ne veut pas mourir, seulement atténuer sa souffrance.

Mais quelle est cette lumière qui, au fond de l’eau, l’appelle ?

Avery ne réfléchit plus et se jette dans le vide. À son réveil, elle découvre une cité fantastique peuplée par les « Mélansires » : des gens qui, comme elle, ont perdu tout espoir et ont juré d’éradiquer l’amour de la surface de la Terre.

Parce qu’elle a plongé dans la Seine, Avery fait désormais partie des leurs. Elle doit renoncer à ses émotions et se rallier à leur cause.

Mais est-ce vraiment ce que recherche Avery ?

 

Mon avis :

Je ne connaissais pas Estelle Fitz avant de tomber sur ce roman dans une librairie locale. Un simple coup d’oeil à la couverture et je savais qu’il finirait tout au sommet de ma PAL. Après avoir lu la quatrième, j’étais totalement subjugué à l’idée de me plonger dans une histoire atypique tant par le sujet abordé que par le monde qui nous est promis.

Cela fait des années que je ne n’avais pas lu un roman aussi …. mauvais. Il n’est plus question d’une critique subjective où certains vont aimer pour certaines raisons alors que d’autres n’apprécieront pas selon les mêmes arguments. Estelle Fitz parviendra, probablement, à satisfaire certains lecteurs – tous les goûts sont dans la nature – mais ces derniers ne pourront pas à côté de la médiocrité de l’écriture.

Le premier coup d’oeil est assez révélateur : un ouvrage très court à la police énorme. On sent l’arnaque à plein nez ! Les premières lignes confirment qu’il ne s’agit pas d’un ouvrage abouti. L’auteure nous donne l’impression d’utiliser la méthode privilégie du King (Stephen), à savoir écrire d’une traite tout ce qui passe par la tête à l’aide de phrases très courtes. Mais nous devons noter une différence avec Stephen King. Ce dernier effectue de nombreuses relectures, supprime énormément de texte et réalise un boulot monstrueux pour assurer la cohérence de son histoire, d’un chapitre à l’autre, d’une page à l’autre, d’un mot à l’autre.

Estelle Fitz nous propose ainsi une succession de phrases simples (Sujet / verbe / complément) d’une froideur extrême. Il n’y a aucune âme dans le texte qui se montre bien trop impersonnel à mon goût. On ressent un réel manque de vécu dans cet histoire à laquelle il est impossible de s’identifier de près ou de loin.

Alors que l’on pourrait croire s’aventurer dans un roman de Fantasy, nous sommes très loin du compte. Alors oui, si l’on prend la définition du dictionnaire, il s’agit bien d’un roman appartenant à ce genre. Dans les faits, il s’agit plutôt d’un ouvrage qui se sert d’un univers bien particulier (très atypique pour l’occasion) pour traiter d’un sujet bien particulier. La Mélansire devient alors un ouvrage qui « psychanalise » un sujet particulièrement dépressif et s’il avait été classé dans ce registre, il y aurait trouvé sa place.

Trois mots pour résumer ce premier roman d’Estelle Fitz.

Une idée intéressante.

Ensuite vient le néant.

Les points positifs

  • La couverture
  • Le résumé, quoi que « mensonger »

Les points négatifs

  • Le roman
  • L’intrigue
  • L’écriture
  • Les personnages (on ne connait rien d’eux)
  • Le genre est un prétexte à un texte destiné à un tout autre usage

Ma note pour cette lecture : 1/20

Quand je commande une « Moule Frites », je n’ai qu’une seule crainte. Que les coquilles soient vides malgré une apparence trompeuse. La Mélansire est une moule vide.

Quelques chroniques d’autres blogueurs :

 

 

11 commentaires

      1. Ma Lecturothèque

        C’est vrai que l’on se montre parfois trop enthousiaste mais le résumé est une invitation qui nous offre des attentes.
        Tu voulais connaître la fin malgré tout pour être allée ainsi jusqu’au bout ? Je crois que je n’aurais fait que survoler les pages, et encore…

        Aimé par 1 personne

      2. Le Parfum des Mots

        J’ai essayé de passer quelques paragraphes pour le terminer plus rapidement, mais pour me rendre compte que c’était encore pire 😳

        J’essaie de ne pas abandonner pour pouvoir répondre « Oui je l’ai lu » aux défenseurs extrêmes de l’auteure et qui ne comprennent pas forcément la critique.

        Aimé par 1 personne

      3. Ma Lecturothèque

        Je comprends ton point de vue et je l’ai pas mal fait à un moment donné mais j’ai arrêté parce que ça me dégoûtait trop de la lecture… Du moment que ça ne te fasse pas cela, alors ça va, même si ce sont quand même quelques passées plutôt désagréables ^^’

        J'aime

      1. Callysse

        C’est ce que je ferais histoire de voir s’il continue à me faire envie ou pas 😉 J’ai entendu beaucoup de bien de cette autrice, je suis donc étonnée de ce retour et j’ai envie de me faire mon propre avis. Si ce n’est pas sur ce roman, ce sera sur un autre.
        Tu es un peu dure mais tu reste respectueuse et c’est bien ça le principal 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.