L’épée de Vérité, tome 1 : La première leçon du sorcier – Terry Goodkind


Auteur : Terry Goodkind
Éditions : Bragelonne
Genre : Thriller / Polar
Année de publication : 2003
 

Synopsis :

Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan.

Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter.

Car désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère.

Seul Zedd, son ami le vieil ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur.

Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres.

Au nom de l’amour.

A n’importe quel prix.

 

Mon avis :

Quinze ans que cette saga littéraire me fait de l’oeil. Quinze années à repousser une lecture qui me paraissait inaccessible, tant par le genre, la complexité de l’intrigue, mais surtout le nombre de pages. Près de 700 pour ce premier tome (plus de 1000 en format de poche).

Après quelques pages seulement, on ne laisse emporter dans un univers qui nous est totalement inconnu, mais que nous aimerions connaitre tant l’auteur parvient à nous immerger dans un monde fantastique qui aurait pu être réel. C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce roman. Cette capacité à nous projeter, avec une grande précision, dans un monde totalement fictif, l’écriture nous facilitant grandement la tâche.

Beaucoup regrette que Richard Cypher, le personnage principal, soit aussi rapidement passé d’un jeune homme sans réel don au détenteur légitime de l’épée de vérité, le sourcier. Sa progression est fulgurante, et il parvient à déjouer tous les pièges qui ne mettent en travers de son chemin. Et pourtant, c’est loin d’être aussi simple.

Tout en garantissant une fin « heureuse » à son héros et ses compagnons, Terry Goodkind est, tout de même, parvenu à faire douter son lecteur à de nombreuses reprises. Les personnages principaux ne mènent pas une vie de château. L’accession au « pouvoir de Richard, la découverte du dernier sorcier, le mystère de Kalhan … Alors oui, ce sont les gentils qui « triomphent », mais aux prix de nombreuses péripéties qui angoissera de nombreux lecteurs.

Après avoir passé le cap des 300 pages, et ne connaissant pas du tout la série, une seule question me taraudait : « Allons-nous devoir attendre les 15 tomes avant de connaitre le dénouement final (la disparition de Darken Rahl) ? » Finalement, l’auteur a réussi, avec une grande intelligence, à nous proposer un roman qui possède une fin en adéquation avec les interrogations du départ. Pas d’étirements sur plusieurs tomes. Pas de superflu.

Pas loin de 700 pages et l’on se retrouve vite tenté de sauter quelques phrases descriptives, ou même encore quelques paragraphes. Si vous le faites, attendez-vous à être totalement perdu. Terry Goodkind est parvenu à nous proposer un « roman plein » sans la moindre once d’inutile. Tout possède son importance, même les moindres détails. Tous les éléments se mettent progressivement en place. L’apothéose lorsque tout se recoupe dans un final tonitruant.

Les points positifs

  • Une intrigue à couper le souffle.
  • Des personnages atypiques, que l’on découvre progressivement.
  • Nombreuses péripéties.
  • Les personnages principaux souffrent, trahissent, meurent, … Tout est mis en oeuvre pour nous proposer une histoire très réaliste, loin des codes du genre.
  • Une écriture qui nous immerge totalement dans un monde fantastique.

Les points négatifs

  • La longueur du roman. Terry Goodkind veillera à réduire, de tome en tome, le nombre de pages.

Ma note pour cette lecture : 20/20

L’auteur est parvenu à remplir une mission impossible : faire croire en son histoire. Cela va bien au delà du « Cela aurait pu être vrai ». On ne peut pas s’empêcher d’y croire. Et si tout était vrai ? 

Quelques blogs qui en parlent aussi :

 

10 commentaires

  1. Ma Lecturothèque

    J’avais essayé de lire le premier tome il y a une bonne dizaine d’années et je n’avais pas réussi. Je l’ai revendu l’an dernier après des années d’hésitation car je n’ai nulle envie de le relire. C’est pourtant il y a peu que j’ai découvert l’engouement autour de cette saga et j’ai essayé de comprendre mais la première partie (jusqu’à la rencontre du héros avec une jeune femme – peut-être une prêtresse, je ne sais plus) m’a laissée un souvenir bien trop amer.

    Aimé par 1 personne

    1. Le Parfum des Mots

      Je dois t’avouer que le début très dense de ce roman est de loin la partie la plus compliquée à apprécier. J’ai eu l’opportunité de pouvoir l’écouter plutôt que de la lire. Le lecteur, grâce à son interprétation m’a certainement convaincu plus facilement que si j’avais lu cette partie.

      J'aime

  2. juliet595

    J’ai longuement balancé moi aussi avant de me lancer dans l’achat des premiers tomes ^^ Pour l’instant, ils trônent en bonne place sur mes étagères, et ta chronique me fait encore plus baver, je crois que je vais me lancer dans la lecture sans plus attendre 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.