L’épouvanteur, tome 15 : La résurrection de l’épouvanteur – Joseph Delaney

Auteur :  Joseph Delaney
Éditions : Bayard (Jeunesse)
Genre :Jeunesse / Fantasy
Année de sortie : 2018
 

Synopsis :

« L’armée noire à laquelle nous sommes confrontés ne comprend pas seulement les forces considérables des Kobalos et les effroyables entités qu’ils ont spécialement créées pour la bataille. Leurs dieux combattent avec eux – des déités telles que Golgoth, le Seigneur de l’Hiver. »

Thomas Ward, le nouvel Epouvanteur, combattait l’obscur dans le Comté avec son apprentie quand il a été appelé loin de chez lui pour une nouvelle bataille : diriger la lutte contre une armée de créatures bestiales qui s’apprêtent à condamner la Terre à un éternel hiver. Les humains n’avaient jamais affronté d’aussi terrifiants guerriers.

Mais Tom gît à présent, raide et froid, dans sa tombe. Et ceux qui avaient mis tous leurs espoirs en lui se désespèrent.

Qui prendra la tête des troupes, avant que l’armée noire ne les submerge et ne répande la guerre jusque dans le Comté ?

Bayard Jeunesse, Aie Aie Aie !

Contrairement à ce qui est prévu par les Editions Bayard, ce roman est le deuxième d’un nouveau cycle dans les aventures de Thomas Ward. Alors que l’histoire se déroule dans la continuité de ce qui n’est passé dans le tome 13, Joseph Delaney nous propose une nouvelle série (qu’il numérote lui-même comme un tome 1, puis 2 et ainsi de suite). Pour quel(les) raison(s) Bayard a souhaité continuer cette numérotation ? Un soucis de fidéliser le lecteur ? La peur de ne pas réussir à toucher un nouveau public ? Se faire un maximum d’argent ? Bref, un choix qui va à l’encontre de l’auteur, pas très fair-play. Notons au passage que le dernier tome du premier cycle porte le nombre 13 !!! L’auteur voulait s’arrêter à ce nombre de l’obscur… Un espoir que l’édition française respecte Joseph Delaney et son travail ?

Mon avis :

Une fois ma déception passée, il sera très difficile et même impossible de ne pas apprécier de lire la suite des aventures de Thomas Ward. Joseph Delaney nous avait mis dans une situation horrible : le jeune épouvanteur est mort. Une fois encore, Bayard ne résiste pas à la tentation de rassurer le lecteur en donnant à ce tome le titre : La résurrection de l’épouvanteur. Aucun suspense sur la signification de ce dernier.

Alors que nous sommes toujours dans la continuité du premier cycle, l’auteur parvient à nous proposer un contenu totalement inédit. Alors que nous avions affaire à John Grégory, vieil homme campé sur ses positions avec un apprenti docile, nous retrouvons un couple bien plus « moderne », correspond mieux à la réalité : un jeune maître accompagné d’une apprentie arrogante et insupportable. Cette nouvelle relation permet au lecteur de se détacher assez facilement des romans précédents.

L’intrigue nous happe dès les premières pages et l’on ressent, dès la première page, la crainte de ne pas connaitre le dénouement à la fin du livre. Effectivement, même si Joseph Delaney nous propose une intrigue propre à ce deuxième roman, il veille également à nous proposer un fil conducteur pour les 3 nouveaux romans de ce second cycle. Et malgré toutes les hypothèses que l’on peut imaginer, rien ne se passe comme prévu.

Alors que l’on pourrait dire qu’il s’agit d’un bon livre, un événement totalement inattendu bouleverse notre lecteur : son retour !!! Malheureusement, je ne peux vous révéler cette information cruciale, mais elle vous comblera de bonheur… du moins, pour un grand nombre d’entre vous.

Le roman, écrit de la main de Thomas Ward et son apprentie Jenny, reflète parfaitement l’âge des narrateurs. Les récits de Tom évoluent au fur et à mesure qu’il vieillit. Quand à Jenny, on retrouve son impulsivité dans ce qu’elle raconte. Joseph Delaney a évité l’erreur grossière de proposer plusieurs narrateurs qui « écrivent et parlent » identiquement.

Les points positifs

  • Un tout nouveau cycle, centré sur Thomas Ward, personnage que l’on apprend à connaitre enfin.
  • Une écriture simple, mais qui a beaucoup évolué au fil des années.
  • De nouveaux personnages, dont l’une qui pourrait devenir la première femme épouvanteur, Jenny.
  • Une intrigue pleine de suspense où le final est à couper le souffle.
  • A l’image de Harry Potter, L’épouvanteur est un excellent moyen de faire aimer la lecture aux plus jeunes. Parents, à vous de jouer.

Le point négatif ? 

Ma note pour cette lecture : 20/20

Un véritable coup de coeur, un de plus, pour ce très attendu roman de Joseph Delaney. Il parvient, en quelques pages seulement, à nous envouter dans ce monde que nous aimerions, malgré tout, connaitre. Peu résisteront à attendre la sortie du troisième roman en français, sachant que cela fera bientôt 1 an qu’il est disponible en anglais…

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s