Dis maman, comment tu m’aimes ? – Florence Semur-Seigneuric

Auteur :  Florence Semur-Seigneuric
Genre : Album Jeunesse (dès la petite enfance)
Année de sortie : 2017
Cette chronique est écrite suite à un partenariat effectué avec les Editions des Embruns, par l’intermédiaire de Simplement.pro Je tiens à les remercier de m’avoir envoyer cet album.

Synopsis :

« Mais maman, comment tu sais que tu m’aimes quand tu es en colère ? Quand tu fais les gros yeux, c’est comme si tu ne m’aimais plus. Et je suis tout seul.

Je le sais parce que je t’aime de tout mon être, quoi qu’il arrive. Parce que tu es une partie de moi »

Mon avis :

En surfant sur simplement.pro, plutôt par curiosité que par intérêt personnel, j’ai découvert le descriptif d’un album de jeunesse, Dis maman, comment tu m’aimes ? Rien que le titre oblige le futur lecteur à réfléchir à son contenu. Que va-t-on aborder ? Le manque d’amour ressenti par un enfant ? Un enfant avec une enfance difficile ? Un enfant sans maman ? Toutes ces questions m’ont poussées à franchir le cap d’essayer simplement.pro.

Alors que la plupart des albums destinés à la jeunesse sont courts, condensés, grandes illustrations et très peu de texte, Dis maman, comment tu m’aimes peut être assimilé à un roman destinés aux plus jeunes, où le texte est primordial et où les illustrations viennent, subtilement, compléter les paroles du narrateur.

L’histoire permet de sensibiliser les jeunes enfants sur ce qu’est réellement l’amour ressenti par la maman (même si l’on peut facilement transposer la situation avec un papa), mais surtout de mettre des mots sur cette notion très « volatile ». C’est quoi aimer ? On aime son enfant parce qu’il est sage ? On le déteste parce qu’il vient de casser le magnifique (ou affreux) vase de la belle-mère ? Nous, adultes, sommes conscients que nous les aimons, quoi qu’il arrive. Mais les enfants, en ont-ils conscience ? Ce magnifique album peut, si lu et abordé correctement, répondre à cette question.

Le texte est très mélodieux, on se rapproche à la fois de la chanson et de la poésie. On prend plaisir à raconter cette histoire. Certaines subtilités du texte sont réservées aux parents, mais le jeune, grâce à une écriture simple, va pouvoir mettre un sens sur ce texte. Ce dernier lui permettra de comprendre pourquoi les mamans peuvent aimer tant en étant très en colère pour l’une ou l’autre bêtise…

Les illustrations sont très légères, presque floues, uniquement présentes en arrière plan, un peu effacée. Elles apportent un plus à cette lecture, du moins au niveau du lecteur. Ma fille, de 3 ans, a eu beaucoup de difficultés à mettre des mots sur ces dessins, trop souvent incompris. C’est d’ailleurs là mon seul regret dans cet album de jeunesse. L’auteur, en voulant proposant des illustrations simples et peu colorées, dans le but de mettre le texte en avant, a peut-être oublié que les plus jeunes ont besoin d’images simples et concrètes afin d’alimenter ce qu’ils écoutent.

Les points positifs

  • Un album de jeunesse plaisant à lire.
  • Une histoire « philosophique » où l’enfant est au centre de l’attention.
  • Des concepts rarement (voir jamais ?) abordés avec les plus jeunes.
  • Des éclaircissements sur les pensées qu’un enfant peut avoir quand il fait une bêtise.

Le point négatif ?

  • Des illustrations un peu trop simple pour les plus jeunes, qui ont besoin de concrets et de couleurs vives.

Ma note pour cette lecture : 19/20

Un album de jeunesse à mettre entre toutes les mains.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s