Mochi et compagnie, T.2 – Hiromu Shinozuka

Auteur : Hiromu Shinozuka
Éditions : Nobi nobi
Genre : Manga / Kawai
Année de publication : 2020
 

Synopsis :

Mochi, petit être tout rond qui vient du sous-sol de la Terre, est sauvé par Yûka, une jeune collégienne à la gentillesse débordante.

Touché par son geste, Mochi décide de rester à ses côtés. Il s’installe alors dans le grenier, où il va cohabiter avec Al, une extraterrestre ingénieuse qui vit aussi ici en attendant de finir de réparer son vaisseau spatial.

Commence alors leur rocambolesque vie quotidienne, où Mochi découvre le monde de la surface, entre petites aventures chaotiques et nouvelles grandes amitiés !

Capture d’écran 2020-10-20 à 23.19.11

Je suis totalement conquis par le personnage de Mochi. Destiné à un public beaucoup plus jeune (8 ans et +), je me suis néanmoins laissé séduire par cette magnifique boule de poil jaune, mais ainsi par les autres personnages extra ou intra-terrestres de la série. Une séduisante idée de les associer à des humains de plus en plus nombreux conscients de leur existence improbable.

Sans réellement proposer une intrigue continue, la mangaka parvenu, grâce à des histoires(-gags) courtes, à me faire retomber, en quelque sorte, dans une enfance dans laquelle j’aimerais tant me replonger. Je n’avais qu’une seule envie, me dorloter sous la couette pour savourer chaque page et ainsi pouvoir m’imaginer possède mon propre intra-terrestre.

Si je devais m’arrêter à ce sentiment d’une lecture réconfortante, le coup de coeur était assuré ! Toutefois, les défauts visuels sont beaucoup trop nombreux que pour je passe une seconde fois à côté.

  1. Les cases n’occupent pas la totalité des planches. Il n’est donc pas rare de voir quelques logos de la série apparaître afin de combler une vide occupant près de la moitié de la planche.Scanner 28 déc. 2020 à 21.16
  2. Les décors sont inexistants. Les personnages évoluent-ils au coeur des nuages ou tout est de blanc immaculé ?
  3. Les personnages non-humains ne sont pas tracés à la main. Ils sont, en effet, identiques d’une planche à l’autre où les arrondis manquent cruellement d’une touche personnelle (en même temps, quand un rond est créé de toute pièce par un outil, un peu logique que tout semble réalisé par une machine).

Ma note pour cette lecture : 14/20 

Joyeux Anniversaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.