Agent 212, T.2 : Au nom de la loi – Raoul Cauvin et Daniel Kox

Auteurs : Raoul Cauvin / Daniel Kox
Éditions : Dupuis
Genre : Bande dessinée
Année de publication : 1982
 

Synopsis :

Rondouillard, naïf et sympathique, l’Agent 212 est la cible de tous les ennuis et de toutes les mésaventures auxquels un agent de police peut se trouver exposé.

Délinquants, conducteurs imprudents ou suicidaires obstinés se succèdent, pour la plus grande joie des lecteurs et de ses auteurs, Kox et Cauvin.

 

Lecture sur Izneo :

Le 22 juin 2020, j’ai fêté mes 33 ans. Par l’intermédiaire de mon opérateur (Orange), j’ai eu droit à trois mois d’abonnement offerts afin d’utiliser la plateforme Izneo. Cette dernière offre, parmi d’autres, la possibilité, moyennement un paiement mensuel, de lire une infinité de bandes dessinées.

Capture d’écran 2020-06-22 à 21.16.20

Ce tableau permet, d’un simple coup d’oeil, de voir à quel point toutes les offres sont intéressantes. A peine 6,99€ pour 10 bandes dessinées (ou mangas, comics…) qui valent, individuellement, plus chères que l’abonnement. Pour les plus grands lecteurs, il suffira de passer à 9,99€ par mois afin de bénéficier de 4000 albums !!!

Mon avis :

L’agent 212 est l’une des BD’s que j’ai préféré lire dans ma jeunesse. J’ai toujours été émerveillé par ce personnage atypique au physique très surprenant. Alors que le policier est associé au respect des lois, cette série me donnait l’impression que le flic était avant tout un être comme tous les autres capable du meilleur comme du pire.

IMG_0133

Ce deuxième album introduit davantage le Commissaire Lebrun sans qui L’agent 212 ne serait pas le policier sympathique que nous aimons tous. Ce manque totale de symbiose entre les deux provoquent de nombreuses situations cocasses qui provoquent des rires francs et authentiques.

IMG_0134

Le lecteur ne peut qu’être impressionné par la qualité des dessins déjà très modernes pour l’année 1982. Habituellement, les premiers albums d’une série proposent des traits grossiers et qui évoluent alors que Daniel Kox est parvenu, il y près de quarante ans, à définir son personnage principal tel qu’il est encore aujourd’hui. Il reste toutefois quelques progrès à faire pour les personnages secondaires qui changent d’une case à l’autre.

IMG_0136

Les points positifs

  • Gags simples et efficaces
  • Un personnage principal attachant
  • Album beaucoup très court et addictif.

Le point négatif

  • J’aurais aimé plus de constance dans les personnages secondaires qui évoluent d’une case à une autre.

Ma note pour cette lecture : 19/20  

 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.