Journal de bord #18 – A Silent Voice, T.3 – Yoshitoki Oima

Je vous retrouve aujourd’hui pour un rendez-vous livresque qui me plait déjà beaucoup, Journal de bord.

Le principe est simple. Il s’agit de vous présenter en quelques lignes, sous la forme d’un journal intime, mes réflexions au sujet d’un livre qui ne se prête pas à une chronique « classique » (format inadéquat, peu de choses à dire, soucis d’éviter les répétitions…)

Capture d’écran 2020-07-19 à 22.29.14

Shoya Ishida, habitant à Ōgaki dans la préfecture de Gifu, vit en combattant l’ennui par les jeux les plus insensés qui lui viennent à l’esprit. Un jour, Shoko Nishimiya rejoint sa classe d’école primaire et essaie de s’y faire une place, mais cette dernière est atteinte de surdité et va causer quelques soucis à ses camarades, ce qui va permettre au jeune Shoya de s’occuper en profitant des faiblesses de celle-ci. Mais tout cet amusement se retournera contre lui. Une fois lycéen, Shoya, qui décide de revoir une dernière fois Shoko pour s’excuser, va finalement se rapprocher d’elle à travers la langue des signes.

Capture d’écran 2020-07-19 à 22.31.01

Le cour de 💖 se confirme avec ce troisième tome. Alors que l’on comprend assez facilement que les deux héros de ce manga finiront pas s’aimer, j’ai beaucoup apprécié le cheminement proposé pour y arriver.

Trop nombreux d’entre nous se reconnaitront dans la situation vécue par les personnages, ce qui prouve que nos belles paroles sur l’égalité sont souvent biaisées par notre environnement et par l’instant T. Nous défendons tous, en paroles, les personnes souffrant d’un handicap. Mais que feriez-vous vraiment dans une situation où l’une de ces dernières se ferait agresser devant vous ? Etes-vous certain que pendant votre jeunesse vous n’avez jamais rigolé à une « bonne blague » sur les handicapés sous prétexte que l’on peut rire de tout ?

A Silent Voice est un merveilleux manga qui nous laisse croire que l’humain a suffisamment de ressources pour admettre ses erreurs et les corriger par des actes désintéressés. Un merveilleux message d’espoir raconté grâce à une intrigue addictive qui ne vous laissera pas indifférent.

Les dessins sont sublimes. Malgré un manque cruel de décors, on tombe sous le charme de l’héroïne. Je regrette aussi un manque de précisions concernant la représentation des nez…

Capture d’écran 2020-07-19 à 22.37.49

Auteur : Yoshitoki Oima
Parution : 2015
Éditions : Ki-oon
Tome : 3/7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.