La Maison sans sommeil – Benoît Malewicz

Je tiens à remercier les éditions Casterman de m’avoir à nouveau fait confiance pour cette année 2020. Ce partenariat me permet de vous faire découvrir des ouvrages d’une très grande qualité visuelle et intellectuelle.
Auteure / Illustratrice : Benoît Malewicz
Éditions : Casterman
Genre : Jeunesse / Horreur
Date de publication : 4 mars 2020
 

Paul, un collégien de 11 ans, vient de déménager dans une maison aux murs de pierre imposants et froids. Loin de ses anciens amis, voyant ses parents toujours occupés, Paul se sent seul… et la nuit, il commence à faire des crises de somnambulisme.

Chaque fois, il se réveille au plus profond de la maison, devant la porte de la cave. Derrière cette porte se cache une chose terrifiante, qui fait vibrer toute la tuyauterie, qui vient gratter derrière les murs… Qui l’attend…

 

Mon avis :

Je n’avais pas beaucoup d’espoir avant d’entamer ce premier roman de la toute nouvelle collection des éditions Casterman. En effet, j’avais la « trouille » de tomber dans un remake de la collection « Chair de poule » qui, malgré une adoration par les jeunes lecteurs, regroupe tout ce qu’il y a de pire à proposer pour un jeune lecteur. 

Il m’a suffi de lire le prologue pour me rassurer ou plutôt me foutre vraiment la trouille.

Je suis agréablement surpris par la proposition de l’auteur. Car même si je n’ai pas réellement eu peur à la lecture de son texte, il n’en sera certainement pas de même pour les jeunes lecteurs qui, pour certains, pourraient subir quelques séances de cauchemars involontaires. La plume est exceptionnellement simple où Benoît Malewicz n’a pas besoin d’en mettre plein la vue pour rendre l’immersion totale.

L’auteur a fait le choix judicieux de proposer un narrateur « extérieur » à l’intrigue. Alors que l’on habitue les jeunes lecteurs à lire grâce à des histoires contées par les personnages eux-mêmes, Benoît Malewicz propose une alternative réussie et permet ainsi de rendre l’histoire bien plus « crédible » comme si elle était racontée par un témoin neutre et objectif sans la moindre remise en question possible.

Alors que j’ai beaucoup apprécié le dénouement final, il ne me semble pas correspondre à ce que recherche un jeune lecteur (à partir de 10 ans). Alors ce dernier aime jouer à se faire peur, je ne sois pas certain qu’une fin ouverte soit judicieuse à moins de vouloir traumatiser à vie 9 enfants sur 10 une fois le livre refermé. Pour eux, j’aurais préféré une fin plus joyeuse ou du moins expliquée en détail afin de laisser le moindre doute de côté.

Les points positifs

  • Frissons garantis.
  • Une intrigue bien construite.
  • Une plume simple, légère et qui pousse à poursuivre la lecture à tout prix même si l’on sait dans quoi l’on s’engage.

Les points négatifs

  • La manière dont le roman se termine. Une fin (trop) ouverte qui ne correspond pas, dans ce genre, au public cible.

Ma note pour cette lecture : 19/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.