One Piece, tome 8 : Pas de souci – Eiichiro Oda

Auteur : Eiichiro Oda
Éditions : Glénat
Genre : Manga / Shonen
Année de parution : 2001
 

Note de l’auteur :

Autrefois, il y a longtemps, très longtemps, les lapins pouvaient voler dans les airs. Vous imaginez ça un peu ?
Un gros lapin qui voltige librement dans le ciel pur de la haute antiquité en battant des oreilles…
…Quelle horrible histoire !

Tome 008 Image Intro

Mon avis :

Ce huitième opus nous offre, enfin, le dénouement final entre Luffy et le Capitaine Creek. Une fois encore, Eiichiro Oda ne se contente pas d’un banal combat où notre héros en ressort malgré quelques blessures légères. L’affrontement est parfaitement mis en scène et nous offre des dessins très précis, presque vivants.

Parallèlement à cette « bastogne », l’auteur veille à véhiculer certains concepts, oubliés à l’époque numérique. Luffy ne se contente de se battre. Il met sa vie en jeu dans le seul objectif de faire respecter ses valeurs : l’honneur, la loyauté et la camaraderie le tout avec en point de mire son objectif de devenir le seigneur des pirates.

A peine le combat terminé (et remporté à la surprise générale ?) l’intrigue avance très rapidement, sans laisser le moindre point mort. Et même si on zappe Luffy (le temps de bien manger et de retrouver Nami), c’est un immense plaisir de retrouver les autres personnages qui, pendant une bonne centaine de pages, occupent le devant de la scène. On commence à mieux cerner Nami et sa traîtrise… A moins qu’elle nous cache une toute dernière facette !!!

J’oubliais !!! Sandy rejoint enfin l’équipage du chapeau de paille. Nos estomacs sont donc assurés d’être constamment bien remplis.

 

L’auteur :

Eiichiro Oda est né le 1er janvier 1975 à Kumamoto (Japon). Dès l’âge de 4 ans, il veut devenir mangaka. En 1992, alors qu’il est encore au lycée, il est récompensé lors du 44e concours Tezuka pour Wanted!.

Après avoir été assistant auprès de divers auteurs comme Nobuhiro Watsuki (l’auteur de Kenshin le vagabond), c’est en 1997 qu’Eiichiro Oda publie le premier chapitre de One Piece dans le magazine Shonen Jump. Grâce aux personnages attachants, aux scènes d’action dynamiques et au scénario émouvant qui la caractérisent, la série fait l’unanimité auprès d’un large public.

En 2011, plus de 230 millions de mangas One Piece ont déjà été imprimés au Japon, où chaque nouveau volume est distribué à plus de 3 millions d’exemplaires.

Ses déclinaisons en série TV, jeux vidéo ou films sont tout aussi populaires que la série originale. One Piece jouit également d’un succès international.

Quelques chroniques d’autres blogueurs :

Ma note pour cette lecture : 20/20

Un huitième tome qui remplit tout ce que l’on attend de lui : des combats parfaitement dessinés couplés à une intrigue enrichissante et pleine de rebondissements. Nami parvient, en toute fin, à nous faire douter de sa malhonnêteté…


Résumé détaillé (Spoil) :

Alors que le gaz se dissipe, Sanji demande à Patty et Carne d’emmener Gyn à l’étage du bateau, afin de lui faire respirer un air moins toxique. Luffy, énervé par la cruauté deKrieg, passe à l’action : il va lui faire la peau. Malgré l’utilisation de nombreuses armes, comme la lance détonante, qui déclenche des explosions, le terrible pirate ne pourra rien contre la force brute de Luffy.

Mais même vaincu, Creek se relèvera, ne supportant pas le fait d’avoir été battu. Une fois de plus, Gyn intervient en assommant son capitaine. Il accepte la défaite et part avec ce qui reste de leurs hommes.

Le lendemain, les hommes du Baratie repêchent un Yosaku à moitié mangé par un requin. Luffy apprend que Nami s’est dirigée vers Arlong Park, le repaire d’une bande de dangereux Hommes-PoissonsZeff accepte de laisser partir Luffy, car il a sauvé le restaurant. Sanji décide de devenir son cuisinier et part avec lui, sans oublier de faire ses adieux à Zeff et aux coqs du Baratie. Pendant ce temps Zoro et les autres arrivent sur l’île contrôlée par les Hommes-poissons.

Ces derniers les ayant repérés, Usopp et Johnny s’enfuient à la nage en oubliant Zoro qu’ils avaient attaché au mât. En effet, il voulait rentrer dans le tas malgré ses blessures. Une fois capturé, Zoro découvre que Nami fait partie de la bande d’Arlong, un puissant Homme-poisson. Usopp, poursuivi par un poiscaille est sauvé par une jeune femme, Nojiko, qui se trouve être la demi-sœur de Nami. Arlong se rend au village de Kokoyashi, où un dénommé Genzô collectionne des armes alors que c’est interdit. Nami en profite pour libérer Zoro… à moins que …

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.