Les légendaires – 2. Le gardien – Patrick Sobral

Auteur :  Patrick Sobral
Éditions : Delcourt
Genre : Bande-dessinée
Année de publication : 2004
 

Synopsis :

Il semble qu’Elysio, le mystérieux ami des cinq héros retombés en enfance, soit en fait… le grand sorcier Darkhell !

Ce dernier affirme toutefois avoir perdu la mémoire et refuse de s’identifier à ce monstre de cruauté. Les Zar-ikos – des hommes-plantes démoniaques – en ont décidé autrement et entendent bien lui rafraîchir la mémoire.

Les Légendaires réussiront-ils à les en empêcher ?

Mon avis :

Dès la premières planche, j’ai retrouvé ces phylactères que j’apprécie et qui de leurs formes atypiques, procure un sentiment de mouvement perpétuel et qui facilite grandement l’immersion dans cet univers auprès de personnages que l’on apprécie de plus en plus.

Le Gardien 1

Le premier tome s’est terminé sur la révélation de la véritable identité de ce jeune garçon amnésique et qui est sur le point de recouvrer la mémoire au grand dam des légendaires. Et finalement, c’est le personnage que l’on apprécie le plus et j’espère secrètement que le méchant devienne un légendaire à part entière ! Quel doux rêve que les méchants deviennent des gentils :-).

Le Gardien 2

Les illustrations sont toujours aussi simple, à la limite située entre les personnages de manga et des anciens jeux vidéos mais je les adore 😍 Ce côté enfantin contraste avec la maturité des personnages que l’on apprend à connaitre de mieux en mieux (excepté Razzia mis à l’écart dans ce deuxième album de la série). Les personnages doutent constamment, ce qui les rend plus « humains » et proche des lecteurs.

2. Le gardien page 2

L’intrigue commence à prendre un tournant spectaculaire grâce à de nombreux imprévus et rebondissements qui « tiennent la route ». Patrick Sobral ne cherche pas à rallonger l’intrigue de la diptyque à l’aide de faits improbables, mais bien en proposant un texte de grande qualité où tout est cohérent.

2. Le gardien page 1

Etre un héros ne signifie pas être invisible. Sans vouloir vous dévoiler la fin de cet album, attendez vous à être bluffé par la « disparition » des personnages phares de cette bande dessinée.

2. Le gardien page 4

 

 

Les points positifs

  • Phylactères atypiques.
  • Illustrations haute en couleurs.
  • Illustrations très simples mais authentiques et qui ne troublent pas l’intrigue principale.
  • Nombreuses touches d’humour.
  • Maturité des personnages.

Ma note pour cette lecture : 20/20

Coup de coeur pour cette BD que je découvre avant plus de 15 années de retard. Et cela en devient une aubaine d’avoir cette opportunité d’enchaîner les albums sans devoir attendre avec une certaine impatience la publication du prochain !

Chroniques d’autres blogueurs :

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.